Ironman de Nice : la longue journée de sport où tout ou presque se déroule comme prévu, le top quoi !

OK on a connu plus aventurier comme titre, et oui en général j’aime bien les surprises… surtout les bonnes ! Mais il faut quand même avouer que sur un Ironman il y a déjà tellement de choses auxquelles il faut penser avant/pendant que si cela peut se passer à peu près comme on l’a imaginé c’est un confort qui ne se refuse pas !

En discutant avec ma mère (ma super accompagnatrice/fan pour le week-end… qui a juste oublié de prendre des photos😉 ) la veille de la course je lui avais dit « si tout se passe bien et que je fais une journée aux allures dont je me pense capable sans gros couac je vais mettre 9h15 : 1h05 de nat / mon niveau avec blessure ; 5h05 de vélo / en me basant sur le temps de la meilleure femme et de quelques connaissances sur les éditions précédentes ; 2h59 de course à pieds et 6mn de transition ». Résultat 9h15mn28s, j’espère que vous m’accordez les 28s d’erreur sur un effort de plus de 9h mais comme pronostic c’était plutôt pas mal !

Ce fut donc ça, une journée sans gros couac et surtout une des courses les plus intelligentes que j’ai pu faire depuis que je fais du sport. Car oui je n’ai pas un moteur phénoménal alors je n’ai pas le droit de commettre d’erreur si je veux réaliser de bons chronos, bon je ne vais pas faire mon faux modeste et dire que je suis une deux chevaux, disons que je suis une petite compacte sportive mais bien loin d’être une Ferrari😉 . Si vous avez lu mon billet précédent, vous savez aussi que je n’ai pas un entraînement de fou furieux pour compenser d’éventuelles lacunes génétiques, juste le volume indispensable (pour rappel 11h15 de moyenne sur les 23 dernières semaines avant Nice avec une plus grosse semaine à 17h15 mi-mai) et que j’essaie de construire le mieux possible. J’ai donc pris le départ à Nice avec juste ce qu’il fallait : ni trop ni trop peu, confiant si on fait abstraction de la blessure à l’avant bras et à la main droite mais pas sûr de moi non plus car je n’ai pas oublié ma défaillance gastrique sur le seul Ironman auquel j’avais participé auparavant (Arizona 2013). Bref je suppose que le dosage entraînement / connaissance de soi / confiance / méfiance était bon et que c’est pour ça que la recette a fonctionné !

Allez, comme ce n’est pas tous les jours que l’on fait un Ironman je vous refais le film du week-end.

JEUDI/VENDREDI : nous sommes arrivés jeudi vers 21h, à peine arrivés la pluie fait son apparition, le ton est donné ! Vendredi matin, soleil, youpi, 45mn de vélo avec un copain, 15mn à pieds et à midi 45mn de natation, comme ça hop plus besoin d’y revenir j’en ai fini avec le sport jusqu’à la course ! L’aprem il pleut… encore… c’est bien la peine de venir dans le sud !!! Après le temps pourri à Aix, voilà qu’il s’invite à Nice !

SAMEDI : bah pas grand chose, meeting pro le matin, petit tour sur le salon exposants, bonne assiette de riz, mini sieste, préparatifs des affaires et RDV à 18h pour dépôt du vélo… sous la pluie ! Cela devient une mauvaise habitude… On m’a quand même mis un peu la pression ce jour là « non mais PYF tu peux pas partir avec une roue pleine demain, orages prévus dans les hauteurs col de l’Ecre, Gréolières, etc. »… bah il faudra faire avec, elle est là elle y reste😉 ! Le soir j’en fais une sinon c’est pas drôle… je me rase le bras pour faire mon tatou (oui je sais… c’est pas très viril de se raser le bras, surtout un sur les deux… rires… mais sinon c’est l’enfer à retirer !) et pendant que je rase le bras les tattoos tombent dans l’eau. Anecdote toute bête mais au lieu de m’endormir serein à 21h je m’endors agacé 30mn après en me disant que demain matin il faut vraiment pas que je sois en retard à l’ouverture du parc à 5h car il faut que je commence par trouver des tattoos, la loose !

DIMANCHE : réveil à 1h30 pour faire pipi et puis plus moyen de se rendormir… aucun risque d’être en retard donc ! Petite marche à pieds à partir de 4h30 pour se rendre au parc, pile à l’heure pour l’ouverture et en 1mn le problème de tattoos est résolu : l’arbitre à l’entrée du parc me marque au marqueur et on en parle plus. C’était bien la peine de se mettre du stress pour ça ! Cette anecdote passée, je suis du coup en avance, 5h30 tout est prêt et à 5h45 je suis en combi, pour un départ à 6h25, ça tombe plutôt bien car avec mon problème d’avant bras et main droite je sais que je dois m’échauffer pour désensibiliser l’ensemble au maximum donc moi qui suis toujours à la bourre je suis cette fois derrière la ligne en avance dans l’attente du créneau échauffement 6h-6h15. Une fois échauffé il reste 10mn à attendre pour le départ, concentré oui, stressé finalement pas tant que ça, je me place derrière, j’ai senti à l’échauffement que ma main n’allait pas me faire souffrir outre-mesure et je m’attends à nager 1h05 ce qui signifie que chez les pros je ne risque pas de prendre de coups puisque je serai loin derrière !

20160605_ironman_nice_a01_natation_depart_02_trimag

Photo : le mec qui part tranquille derrière… c’est moi😉

Une belle ambiance avant le départ, avec un amateur qui arrive pour faire l’Ironman en parapente puis le départ est donné et tout se passe comme prévu, 80% des pros au moins sont devant, une petite minorité derrière, assez vite les femmes pros rapides me doublent, petite accalmie et c’est ensuite au tour des meilleurs nageurs des catégories amateurs de me doubler. Passés les 2000m ça commence à brûler dans le coup, puis de plus en plus… et oui c’est abrasif l’eau salée avec une combi, le lubrifiant aura tenu 2000m et sur les 1800m qui restent la combi a creusé deux trous dans mon cou😉 ! Je sors de l’eau en me disant qu’en gros je dois être dans l’horaire prévue, je fais gaffe en sortant le bras droit de la combi à ne pas aggraver la blessure et bonne surprise en haut en passant sous l’arche avec le chrono, je vois qu’à priori j’ai nagé en 1h01, « c’est bon pour le moral, c’est bon pour le moral » ! J’ai donc fait une bonne nat compte tenu de la blessure survenue à deux semaines de la course, très bonne même, maintenant très objectivement c’est je suppose la seule chose que j’aurais pu faire mieux sur la journée, sans la blessure je pense que j’étais capable de 2-3mn de mieux, pas 6-7 je ne me fais pas d’illusion sur mon niveau nat mais 2-3 oui. Franchement ce n’est pas grave et comme sur tous les tris j’ai un peu le sentiment que ma course commence à la sortie de l’eau de toute façon… c’est bien maintenant que ma course débute !

20160606_plaies_cou_post_nice

Photo : le cou trois jours après… mais le jour même ça piquait vraiment… surtout quand je me versais des gobelets d’eau sur la tête en course à pieds !

Transition pas très efficace mais après une heure à plat ventre j’ai la tête qui tourne et par conséquent un peu de mal à remonter la tri-fonction, à mettre cette première fermeture puis à enfiler le maillot par dessus (pour rappel on nous annonçait les orages en altitude d’où le maillot en sur-couche avec les 10 barres dedans). Une fois le vélo récupéré il faut faire attention sur les plusieurs centaines de mètres à courir en chaussettes sur un tapis un peu glissant, ça serait dommage de s’en prendre une alors que le plat de résistance est sur le point de commencer !

20160605_ironman_nice_b01_velo_depart_01_fp

Photo : Peu après le départ vélo, encore dans la zone de sécurité avec interdiction de se mettre en position aéro

Une fois sorti du parc à vélo, je tombe dans les chaussures du premier coup (pour un premier tri de l’année c’est un coup de bol !) et je me cale sur la stratégie prévue, manger une barre toutes les 30mn à partir de 15mn, boire régulièrement et en gros rouler à 215-220w sur le plat ou faible pente, 235-250w quand ça grimpe plus et en descente à voir au cas par cas. Je ne connais pas du tout le parcours si ce n’est pour quelques vagues souvenirs de la route entre Vence et le Bar-sur-Loup mais souvenirs peu utiles car vieux de plus de 10 ans puisque j’ai travaillé quelques mois à Villeneuve-Loubet en 2004 (ça ne me rajeunis pas tout ça…). Bref je peux dire sans trop mentir que je ne connais pas le parcours, d’où l’importance de respecter les allures prévues pour en avoir toujours sous le coude des fois qu’il me réserve des surprises ! Finalement la seule chose qui m’obligera à plusieurs reprises à sortir du plan et griller quelques cartouches ce sont les dépassements, pour respecter les distances réglementaires et les temps de dépassement (25s par dépassement) il me faudra parfois me mettre en peu en sur-régime provisoirement avant de me recaler à mon allure ensuite. C’est un peu de fatigue inutile mais c’est le jeu pour être dans les règles et ne pas prendre de cartons synonymes de pénalités voir de disqualification. La course devient beaucoup plus claire à partir de la montée du col de l’Ecre, certains montent plus vite et me passent, d’autres sont partis trop vite et décrochent. Pour moi la partie montante entière sans interruption (approche du col et col lui même) représente 58mn à 238w de moyenne, ce n’est pas énorme mais c’est adéquat dans le contexte où je voulais tenter de courir moins de 3h derrière (et oui c’était en permanence dans un coin de ma tête). En haut du col se trouve le ravitaillement personnel dans lequel j’avais mis trois bidons mais je n’en prends que deux puisque je n’ai pas fini mes bidons du début de course (il ne fait pas chaud…). Le suite du parcours se fera pour la quasi totalité avec Guillaume Gillodts, je suis le plus souvent devant, notamment dans la côte de Saint-Pons (19mn à 232w) mais peu importe en fait, le fait d’être avec quelqu’un de réglo qui respecte les distances et qui passe devant de temps en temps (comme dans l’aller-retour du col de Vence) est un bon moyen de ne pas se disperser et de rester motivé ! J’ai de bonnes sensations sur le plat sur le retour par la plaine du Var et la Promenade des Anglais donc je finirai seul, prêt pour la dernière étape !

20160605_ironman_nice_b04_velo_deuxieme_moitie_01_fp

Photo : la montagne ça me gagne:-)

La seconde transition se passe bien mieux que la première, je pose le maillot, remplis les poches de la tri-fonction avec des bretzels d’un coté pour le salé et des bonbons énergétiques de l’autre pour le sucré, enfile chaussures et casquette et contrairement à Aix je pars cette fois bien avec la montre GPS pour courir. Petit hic avec la montre GPS quand tu la démarres en bougeant elle a du mal à se connecter aux satellites donc au début je sens que je suis bien mais je n’ai pas d’infos sur l’allure… enfin si j’en ai mais des mauvaises puisqu’elle affiche 4mn55s/km en moyenne alors que je cours vraisemblablement autour des 3mn55s/km. Pas bien grave, je me sens bien, je suis relativement facile (j’insiste sur le RELATIVEMENT puisque tout est relatif après déjà 6h d’effort), content d’être descendu du vélo pour faire travailler d’autres muscles et surtout m’attaquer à mon défi de la journée ! Après environ 1km mon copain Micka est sur la piste cyclable en bord de mer et me dis que je cours bien à 15km/h environ (soit 4mn/km), ça me conforte dans l’idée que ma montre ne fonctionne pour l’instant pas mais que mon allure au feeling est celle que je recherchais. Moins de 3h sur marathon c’est 14,1km/h mais je ne me fais pas d’illusion je ne peux pas courir de manière aussi régulière même si physiologiquement ça serait l’idéal et surtout j’avais dit que je voulais courir sur l’allure 2h56-57mn pour avoir 2 à 3mn de marge pour un imprévu (arrêt toilettes, chaussure à réajuster ou je ne sais quoi d’autre). Pendant 2 des 4 tours tout se passe à merveille je passe en 1h26mn à mi-parcours juste après avoir doublé la première féminine Tine Deckers, cela me laisse 1h33mn pour la seconde partie. Je sais que ça va se durcir d’ici peu mais de savoir que j’ai cette marge pour ralentir (volontairement ou non) sur la deuxième moitié ça me conforte dans mon choix de partir à 15 pour finir à 13-13,5. En effet même si les sensations sont de moins en moins bonnes et que la foulée se raccourcit je ne suis pas sur le point de marcher non plus !

20160605_ironman_nice_c01_cap_1er_tour_02_fp

Photo : premier tour, beau soleil, foulée légère, j’adore cette « promenade »… … des anglais😉

Le troisième tour sera finalement le plus difficile, le « mur du marathon » pointe le bout de son nez, on est encore un peu loin de l’arrivée pour se dire que ça passera coûte que coûte mais il n’y a pas péril en la demeure non plus. Je serre les dents, effectue ma pause pipi au milieu de ce troisième tour et me dis que quand celui là sera passé je serai dans le dernier et dans le dernier je ne lâcherai plus rien car mon cerveau est programmé ainsi !

Vidéo : troisième tour, foulée courte… un peu comme une nana et ce n’est pas du tout péjoratif car les femmes font souvent de biens meilleurs marathons que les hommes sur Ironman justement grâce à des foulées plus courtes et rasantes, économiques en somme !

Comme prévu le 4ème avec les encouragements (un grand merci à Pascal dans ce dernier tour !) et la perspective de passer la ligne d’ici peu passe mieux que le troisième, pas que je cours mieux mais psychologiquement c’est plus facile de se battre et laisser ses dernières forces dans la bataille quand il ne reste plus grand chose. Je n’ai aucune idée sur mon temps total et finalement je ne m’y suis jamais vraiment intéressé de la journée, je sais par contre que mon temps marathon commence toujours par un 2 à ma montre et qu’à moins que je ne finisse en rampant je devrais pouvoir arrêter la montre en passant la ligne sur un 2. L’ambiance est toujours extra sur le marathon et plus la ligne approche plus j’apprécie d’être porté par les encouragements, ils permettent de trouver des ressources que l’on ne soupçonne plus passées les 9h d’effort ! Je ne ralentis pas trop avant la ligne, juste ce qu’il faut pour savourer ! 9h15mn28s sur la ligne c’est super, je m’allonge par terre quelques mètres après la ligne, me relève 2s pour aller rassurer ma maman qui est derrière les grilles de la zone arrivée puis me rallonge par terre, c’est finalement là que je suis le mieux. Avant de me relever pour de bon, je regarde ma montre 2h58mn pour le marathon, sans mal de ventre, sans douleur articulaire, juste une « saine » fatigue. Une petite larmichette coule de chaque œil, j’ai fait le marathon dont je rêvais, celui pour lequel je suis allé début avril à Toulouse voir un podologue génie Fred Olivan qui m’a aidé à me sortir de plus de 3 ans de fascia lata très capricieux à la jambe droite qui m’empêchait de faire des sorties de plus d’1h15 – 1h30 à pieds, celui pour lequel j’étais prêt à faire un vélo légèrement en dedans. Alors oui je savais que le marathon à Nice était court de quelques centaines de mètres et que peut-être que si on les ajoute ça fait 3h00mn30s mais c’est le même pour tout le monde et ça reste un marathon d’un Ironman dur, je suis donc prêt à me voiler un peu la face pour me dire que j’ai un marathon Ironman en moins de 3h:-) !

Je vous passe l’après course, les courbatures, les difficultés à dormir pendant quelques jours, le retour de Nice le lundi en ayant bien du mal à me déplier pour sortir de la voiture à chaque arrêt, etc. Juste pour vous dire que nous sommes deux semaines et demi après la course, que le gros coup de fatigue est passé, que tous les voyants sont au vert et que j’ai repris « en douceur » l’entraînement lundi en vue de Vichy le 28 août.

Pour mes copains qui aiment les chiffres, graphiques, etc. :

  • la courbe vélo. 137 puls de moyenne, 194w de moyenne avec 212w en puissance normalisée, 1,09 d’index de variabilité c’est beaucoup mais compte tenu du profil du parcours ce n’est pas déconnant non plus et 270 TSS c’est pile la limite basse pour un parcours vélo Ironman quand on cherche à bien courir derrière (on dit entre 270 et 300 TSS et au delà quasi aucune chance de bien courir).
  • la courbe cap qui est fausse sur 11mn40s au départ, après vérification il manque 500m sur ces 11 premières minutes. 147 pulsations de moyenne sur la première moitié, 145 sur la seconde, ça confirme bien qu’il n’y a pas eu de grosse baisse de régime.
  • les résultats.

Pour ceux qui comme Emmy préfèrent les images : la galerie photos.

Bon je n’ai pas une super conclusion pour cet article, juste l’énorme satisfaction d’avoir mis un plan en place, de m’y être tenu et de l’avoir mené à son terme sans encombre. Ce fut de la bonne souffrance et je ne peux pas promettre de faire aussi bien à Vichy mais en tout cas je suis toujours en lice pour l’objectif « marathon en moins de 3h à Nice, course complète en moins de 9h à Vichy » donc ça motive forcément pour cet été:-) .

Mercis : à Caro et Emmy pour leur soutien tout au long de l’année, à ma maman qui était sur place, à tous les collègues et amis pour les messages avant/pendant/après la course, à tous ceux que j’ai reconnus mais aussi à tous ceux que je ne connaissais pas ou n’ai pas reconnus pour vos encouragements pendant le marathon, et bien sûr à mes partenaires (qui sont de moins en moins nombreux… je ne rajeunis pas😉 ) et je pense bien sûr en premier lieu à LOOK qui me permet depuis des années de vivre des moments magiques comme celui-là en les passant en plus sur du matériel d’exception !

Ah et j’oubliais presque, un grand bravo aux copains de LOOK et du club de l’ASAV triathlon qui sont tous allés au bout, carton plein ! Et de manière plus générale bravo à tous les finishers !

Bon été à tous, qu’il soit sportif, touristique ou mieux encore : les deux !

Pyf

Publié dans Récits de courses | 1 commentaire

Ironman Nice, j-1, retour sur la prépa !

Chose promise, chose due, me voici en mode récup à Nice à quelques heures de la course, l’occasion de revenir sur ma préparation, ça en intéressera certains mais je le fais aussi très égoïstement puisque ce petit retour en arrière sur le travail effectué est un bon moyen de se rassurer à quelques heure du coup de canon:-) !

Ce n’est plus vraiment un scoop, 2016 sera ma dernière saison de triathlon, Emmy attend l’arrivée de son petit frère ou sa petite soeur pour novembre et ça semble une assez bonne occasion de revenir à du mono-sport avec un entraînement par jour, ça sera vraisemblablement la CAP, je n’exclue pas de prendre dans les prochaines années le départ du M de Nevers mais je m’en tiendrai à ça. Avant de quitter le longue distance j’ai deux petits objectifs qui me tiennent à coeur à remplir : un Ironman en moins de 9h et un marathon sur Ironman en moins de 3h. La double participation Nice-Vichy me donne potentiellement deux chances pour le marathon et une pour le « sub 9 » (je n’ai pas le niveau requis pour faire Nice en moins de 9h).

J’ai donc orienté ma préparation pour tendre vers ces objectifs, et en regardant un peu mes années précédentes, ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas fonctionné, voir parfois ce qui m’a amené en forme très vite pour complètement exploser à peu près aussi vite (le meilleur exemple restant mai-juin 2014), je suis parti sur les grandes lignes suivantes :

  1. très peu de compétitions, c’était le meilleur moyen de passer le max de temps à la maison avec la famille (essayer d’être un bon père et un bon mari avant d’être un bon triathlète) tout en m’entraînant, pas de fatigue liée aux déplacements courses, etc. Bref par rapport à la vie bien chargée que nous avons c’était le bon choix. Il n’y a eu en tout et pour tout depuis janvier qu’un cross de 7km et le 70.3 d’Aix en Provence au programme.
  2. tenter de progresser en nat, ça partait d’un bon sentiment mais ça ne s’est pas vraiment réalisé et à Nice je m’attends même à un temps « cata » en nat, c’est le seul couac de ma prépa, j’y reviendrai.
  3. en vélo faire un peu comme les autres années, pas eu de grosses modifs dans ma prépa à ce niveau là.
  4. monter très progressivement mon kilométrage à pieds pour avoir potentiellement un meilleur marathon mais surtout avec moins de casse résiduelle. Je n’ai jamais autant couru, pour les gros mangeurs de kilomètres cela semblera peu 48km ma plus grosse semaine mais pour moi c’est beaucoup.
  5. et pour les utilisateurs de Training Peaks qui comprendront de quoi je parle, je me suis fixé dès le début de la prépa de démarrer Nice à 80 de charge cumulée (CTL) et avec un état de fraîcheur entre +10 et +15. Pour arriver à ça mais pas trop brutalement il fallait vraiment que ma préparation parte de loin pour atteindre cet objectif entraînement très doucement.

Et en pratique c’est donc 259 heures que j’ai effectué sur 23 semaines avant Nice (depuis le 1er janvier) avec pile 50% de vélo. Une moyenne d’11h15 par semaine, nombre de triathlètes font plus, mais dans mon cadre de vie c’est pleinement satisfaisant !

Et donc pour la partie « performance management de Training Peaks » que j’utilise beaucoup voilà ce que ça donne :

je démarrerai bien la course demain à 80,1 en CTL et 13,8 en TSB (fraîcheur) : mission accomplie !

20160604_performance_management_2

20160604_performance_management_1

Voilà pour les maths…

Maintenant du coté des sensations, elles sont bonnes sauf en nat. Je n’ai pas pleins de courses derrière moi pour être 100% rassuré en configuration « avec dossard » mais je me sens prêt pour les deux dernières disciplines, ça tombe bien elle représente à elles deux 8/9 de la journée. Le seul truc qui noircit le tableau c’est une blessure riducule au bras droit contractée en faisant quelques bêtes travaux à la maison deux semaines avant l’Ironman (quelle idée) qui m’a empêchée de nager pendant 11 jours (ouai… je comptais…). J’ai pu reprendre mercredi mais je serai gêné, objectivement je pensais être capable de nager moins d’1h, là 1h05mn sera un bon temps. J’ai un ami qui me dit que chaque fois que je suis prêt il m’arrive une tuile… ça m’embête de lui donner raison mais là je suis forcer de m’incliner😉 !

La gestion de course : j’ai le plus beau vélo du parc… comment ça je ne suis pas objectif ???😉 . Donc pas d’excuse de ce coté là. Et j’ai tenté d’apprendre de mes erreurs d’Ironman Arizona 2013 et d’écouter les bons conseils de mon ami expert Ironman Denis Chevrot (bonne chance à lui demain sur le 70.3 Kraigchau !) avec qui nous échangeons énormément. Je ne mange que du riz ou presque depuis hier, c’était son principal conseil, pas vrai Denis ? Et l’Ironman précédent devrait m’aider à gérer le pendant : manger salé à pieds, éviter les boissons énergétiques que je ne connais pas aux ravitaillements, etc. Bref trop de précautions valent mieux que pas assez alors je tente de maîtriser tout ce qui et maîtrisable, pour le reste tous les voyants sont au vert, une fois sorti de l’eau ça peut donc très bien se passer… ou pas… c’est aussi ça l’Ironman:-) !

Dernière chose qui pourrait ajouter un peu de piment : de la pluie prévue dans les hauteurs pendant le parcours vélo, des manchettes à prévoir peut-être pour demain !

Aller temps de filer faire une petite sieste, car la nuit prochaine sera forcément courte.

Le lien pour suivre ma course est ici. Et vous pourrez bien sûr suivre de manière plus générale  les 2800 courageux athlètes sur le même site. J’en profite pour encourager mes collègues de LOOK et tous les autres copains sur la course !

Ah et je me dois de finir avec une belle photo de mon vélo, je ne vois pas meilleure conclusion. RDV demain aprem sur la ligne, soyez assurés que je ferai mon max pour la rallier !

Bon week-end à toutes et à tous, (s)portez-vous bien,

Pyf

Ps : je n’avais pas encore mis le lien, mais merci à Trimes pour la sympathique interview, je crois que je vais en faire ma « bio » puisque je n’ai jamais pris la peine de la terminer… TRIMES.ORG .

20160603_796_im_nice

Publié dans Récits de courses | 2 commentaires

A Aix « petit iron man » n’a pas eu l’occaz de rouiller ;-) … et bientôt Nice !!!

Une brève extra brève à J-4 de Nice, mais j’essaie d’en refaire une une fois sur place (les jambes en l’air en mode récup) vendredi ou samedi pour parler de la prépa, du matos, etc.

Pas trop eu le temps pour entretenir le site depuis Maui en fin de saison dernière, mea culpa mais j’ai été bien occupé par le boulot, la famille et l’entraînement un peu aussi puisque pendant l’hiver je me suis mis en tête de faire Vichy pour aller chercher le sub 9 que j’avais touché du doigt en Arizona il y a trois ans (déjà !!!). Puis en préparant Vichy je me suis laissé tenter par l’aventure Nice avec mes collègues de chez LOOK (nous serons quatre employés de chez LOOK au départ sur la « Prom »). On verra si je suis en état pour bien maintenir Vichy à mon calendrier après Nice.

Bon on parlera de ça en fin de semaine. Là je voulais juste revenir sur Aix, je trouvais sympa de faire ma seule course de prépa aussi sur le circuit Ironman et sur une course dont j’avais entendu beaucoup de bien. C’était aussi théoriquement l’occasion de nager une fois en eau libre avant Nice. Pas de bol on a fait le déplacement dans le sud le seul week-end  de l’année où il faisait plus froid dans le sud que dans le ch’nord. Du coup duathlon vélo départ contre la montre + CAP. Mes 59kg n’ont pas fait de merveille dans les conditions particulières qu’il y avait ce jour là (températures polaires et surtout rafales à 100km/h) mais j’ai fait un vélo honnête, en réussissant tant bien que mal à ne pas me mettre au fossé et derrière une course à pieds rassurante en 1h18 sur un parcours d’un poil moins de 21km mais compte tenu du dénivelé et du vent je pense que ça valait un chrono d’1h18 sur 21,1km bien à plat.

Pas rouillé puisque pas nagé… bien dérouillé par contre sur la fin du vélo et le début de CAP, bref une bonne journée d’entraînement en condition course avec dossard et comme la photo ci-dessous l’illustre bien je n’ai pas oublié de tester la stratégie nutrition pour Nice😉 !!!

Résultats : ici.

20160501_ironman_703_aix_cap_01

20160501_ironman_703_aix_cap_02

20160501_ironman_703_aix_cap_03

20160501_ironman_703_aix_cap_04

20160501_ironman_703_aix_velo_01

Publié dans Récits de courses | 1 commentaire

Course sans faute à Maui… avec les moyens du moment… mais pleins d’enseignements à en tirer !

Retour à Maui après trois ans d’absence, c’est toujours aussi paradisiaque et si ça n’était pas si loin de chez nous je pense qu’on prendrait volontiers un abonnement pour y passer toutes nos vacances. Cette semaine (six jours sur place pour être précis) ce n’était pas de vacances qu’il s’agissait et c’est conscient de la chance que j’ai de pouvoir venir ici mais non sans un pincement au cœur de rater neuf jours de la vie de ma fille que je suis venu me confronter aux meilleurs de la discipline que j’avais un peu délaissée : le Xterra.

2010 : je découvrais, je gagne mon groupe d’âge (20ème au scratch toutes catégories) alors que la course se disputait encore à Makena Beach au sud de l’île, souvenir magique !

2011 : après une Cape Epic VTT en mars puis la saison entière sur le circuit Xterra Europe, c’est surement l’année où j’étais le plus en mesure de me rapprocher du top 10 mais une crevaison en VTT en avait décidé autrement.

2012 : j’ai commencé à limiter mes apparitions sur Xterra et le VTT à l’entraînement pour profiter de ma passion grandissante pour les triathlons longue distance sur route, le résultat s’en est fait sentir (26ème pro / 28ème au scratch). C’était cependant avant toute chose notre voyage de noces avec Caroline (qui avait aussi fait la course) et ces vacances cette fois restent donc de loin mes meilleurs souvenirs ici !

Alors voilà 2015 était une année où j’espérais faire un beau retour ici, mais j’ai pris un vilain abonnement pour une fracture de la clavicule tous les deux ans en été et ça a eu raison de ma bonne volonté.

Début octobre je finissais péniblement 12ème du Tri-Roc, sur des parcours il est vrai en parfaite opposition en terme de difficulté à ceux que l’on trouve à Maui, mais ça ne laissait forcément rien augurer de bon.

Manque de consistance dans l’entraînement depuis un an entre construction maison puis bébé puis blessure, manque d’appuis en natation suite à la blessure et gros manque de confiance en descente en VTT sachant que la moindre chute serait aujourd’hui synonyme de retour à la case départ puisque la consolidation n’est pas terminée. J’aurais pu baisser les bras mais ce n’est pas dans mes habitudes alors je suis là et je me dois de rendre une copie honnête. L’inconvénient d’avoir passé la trentaine et d’être papa c’est que je vois beaucoup plus le danger qu’avant, par contre j’ai reçu en échange un peu de sagesse, comme si l’expérience de plusieurs années de compétition pouvait enfin m’être profitable.

Alors parlons de cette course😉 .

Une fois n’est pas coutume, je suis sorti du parc en avance, sans avoir rien oublier, bref il a failli neiger à Hawaï par ma faute !

Le départ natation est à 9h pour les pros et à 9h05 pour les groupes d’âge homme (avec les groupes d’âge femme dans la foulée). Sachant qu’il y a souvent des nageurs exceptionnels en groupe d’âge qui vont sortir en 20mn (soit aussi vite voir plus vite que les meilleurs pros) j’ai un objectif qui est d’aller 5mn moins vite que les meilleurs « GA » pour avoir le moins de monde possible avec moi au départ du VTT, sachant qu’on arrive assez vite dans des singletracks. 25mn en mer en théorie ça doit pouvoir se faire sauf qu’en pratique je sors toujours en plus de 27mn à Maui. Verdict : je nage propre, je m’oriente à priori pas trop mal, je suis plutôt zen et fier de moi quand soudain à la dernière bouée je me fais déposer par les premiers GA puis par des petits paquets de GA peu de temps après. La natation n’a pas été stressante mais l’objectif est complètement manqué, ça se confirme quand j’arrive dans l’air de transition, il n’y a plus d’autres vélos pros homme que le mien, la bonne blague ! Environ 26mn30s donc plutôt mieux que les autres années sauf que la mer était assez calme et donc tout le monde est allé un peu plus vite que d’habitude, en gros mon 26mn30s de ce matin équivaut au 27mn des autres années. Je sors mon joker « fracture de la clavicule », ça c’est une bonne excuse😉 .

Voir la natation : ici.

Ah j’oubliais, la première transition est longue et en montée, loin d’être facile après s’être fait un peu brasser par l’océan, comme j’ai pour une fois tout enregistré vous pouvez la voir ici.

Vient ensuite le gros morceau, le VTT, j’ai beaucoup doublé et ne me suis fait doubler qu’une fois et globalement j’ai souvent été seul bien isolé, c’est plutôt agréable mais cela signifie aussi que je n’ai pas remonté autant de pros qu’il aurait fallu. Je grimpais plutôt bien aujourd’hui mais le problème était ailleurs : quand au Roc je descendais à 60% de mes moyens avec une peur bleue, j’ai ici réussi à hausser mon niveau à peut-être 80% de mes moyens, le parcours étant assez technique cela signifie que j’ai fait un temps honnête en VTT mais pas un très bon temps, or c’est ce qu’il aurait fallu pour combler beaucoup plus de mon retard en VTT. Ceci étant dit physiquement j’ai parfaitement géré mon effort, c’est la technique qui a fait défaut. Voir le difficile parcours VTT : ici. Et tant que j’y suis j’ajoute la seconde transition qui est sans grand intérêt puisqu’assez rapide : ici.

J’ai dit que le gros morceau était le VTT, c’était assez vrai en temps que la discipline représente dans le total de l’épreuve mais je me demande si ici le gros morceau n’est pas le trail. Courir un trail de 10km avec un dénivelé énorme et un final plat mais dans le sable sur la plage, le tout dans une fournaise et après avoir déjà fait trempette + une belle ballade VTT, voilà le programme de ce trail à Maui. J’ai parfaitement géré jusque là pour faire un beau trail et c’est ce que j’ai fait MAIS avec mon niveau de cette année qui est bien en deçà de ce qu’il a été. En soit je suis toujours capable de courir aussi vite « à sec » ou presque mais c’est du triathlon et en triathlon le niveau que l’on a sur les deux premières disciplines détermine souvent ce que l’on est capable de faire sur la dernière. A mon meilleur niveau en 2012 je perdais 4mn sur Javier Gomez qui n’est pas le premier venu à pieds, cette année je perds 8mn sur le meilleur temps à pieds et en ayant eu une gestion parfaite de ce trail. C’est à l’image de ma journée, parfaitement gérée mais un cran en dessous de ce que je me pense capable de faire (mais peut-être que je me trompe). Quand je vous dis que la gestion était parfaite la courbe (ici) vaut vraiment le coup d’œil car elle en est l’illustration, les pulsations sont montées progressivement sur quasi 49mn pour atteindre 182 dans les derniers 500m (plage + ligne droite d’arrivée) avec un 170 de moyenne.

Pour ça que je ne me cherche pas d’excuses, j’ai abordé la course et tout négocié comme il fallait et je finis vraiment bien, d’ailleurs quelques heures après la course les jambes vont bien en dépit de l’effort intense et c’est le haut du corps qui couine : épaules et bras bien courbaturés, preuve que j’ai aujourd’hui consacré beaucoup trop de mon énergie à sortir de l’eau et à tenter de ne pas tomber en VTT (crispation).

Ah mais le résultat me direz-vous ? C’est vrai que j’ai beaucoup parlé du process mais pas du résultat. 23ème dans le classement scratch pro (avec deux femmes extra-terrestre que je n’ai pas repris en vélo car mon retard était un peu trop important après la natation), donc 21ème homme pro et dans le grand scratch ça doit faire 30ème à plus ou moins une ou deux places. Ça ressemble à mon résultat de 2012, donc plutôt honnête, je visais objectivement la 30ème place scratch au vu de tout ce que j’ai évoqué précédemment MAIS je ne peux plus venir ici pour faire 30ème au scratch ou 20ème pro. Comme je le disais en introduction, je ne viens pas à Maui pour les vacances, je me dois de venir chercher une évolution dans ma pratique, la stagnation étant l’ennemi de la motivation (c’est ce qui m’a d’ailleurs fait arrêter le VTT en 2010 pour me mettre au tri). Donc… bah non je ne vais pas vous donner la réponse de suite, déjà il ne faut jamais prendre de décision à chaud et puis je ne suis pas tout seul à décider, j’ai une famille et c’est aujourd’hui ma première priorité et j’ai aussi un employeur et des partenaires avec qui je dois en discuter. Ça sera l’objet d’un prochain post dans quelques jours, dans lequel je tenterai aussi d’inclure les résultats complet et les photos.

Temps pour moi d’enfiler une tenue correcte et de rejoindre les amis Dijonnais avec qui nous nous rendons au dîner de clôture de l’épreuve et remise des récompenses, c’est aussi ça ce Xterra Maui, un des plus beaux événements sportifs auquel il m’ait été donné la chance de participer (la Cape Epic reste tout de même en tête😉 ).

IMG_6282

Publié dans Récits de courses | Laisser un commentaire

Reprise au Soulor-Aubisque « sous contrôle » – au Tri Roc beaucoup moins ! 2/2

Avant de décoller pour Maui la partie 2 du billet commencé la semaine dernière.

J’en étais donc resté sur le fait que j’avais réussi à grimper le Soulor et l’Aubisque le 20/09 et que ça avait été vraiment sympa !

S’en est suivie une semaine de récupération ce qui me laissait ensuite dix jours jusqu’au Cross-Triathlon du Roc d’Azur plus connu sous le nom de Tri-Roc. Le petit hic c’est que « petit coeur » comme on l’appelle un peu trop souvent à la maison (au point où on n’est pas bien sûrs si elle est bien consciente que son prénom est Emmy😉 ) a choisi la même période pour avoir mal aux dents et sa maman qui a cette année des élèves de petite section en classe a commencé à ramener les angines des « gamins » à la maison. C’est gentil de partager les filles… mais petites nuits + microbes en vente libre à la maison = pyf malade bien comme il faut à huit jours du Roc. Moi qui a passé quasi quinze ans sans être malade je ramasse depuis un an, un an qui correspond à une hygiène de vie un peu dégradée : construction de la maison et pas de sport l’hiver dernier et nuits régulièrement incomplètes depuis avril. Il n’y a pas de secret…

En parallèle en voulant reprendre un peu plus sérieusement la natation en vue de Maui je réveille des grosses douleurs dans ma petite clavicule. Angine + mal à l’épaule vont m’éloigner de la piscine les 8 jours avant le Roc et vont aussi m’éloigner des autres disciplines car de toute façon je ne suis plus bon à rien. Bon comme j’allais au Roc pour le boulot de toute façon le Tri-Roc était l’occasion de refaire du sport après 4 jours sans rien du tout. Au matin de la course ça va un peu mieux, assez pour que je tente de prendre le départ, le début de guérison est sans doute en partie dû au fait que j’ai filé une partie de mes microbes à notre chef produit pédales et vététiste émérite Alex Lavaud qui lui doit encore m’en vouloir (primo malade je ronflais comme un cochon au Roc et secondo je lui ai filé mes microbes !!!).

Bon allez je tente le résumé de course le plus rapide de l’histoire du site.

NATATION : mer agitée, bonhomme secoué, pas beaucoup d’appui après une semaine sans nager et un bras toujours capricieux, je sors en plus de 25mn pour 1500m… ça doit déjà faire 7-8mn de retard sur Karl Shaw, ça c’est fait.

VTT : le Tri-Roc de 2012 avait 36km de VTT, en 2015 c’est 24km et sachant qu’au Roc quelque soit le parcours il y a toujours 5 bornes roulantes au début et 5 bornes roulantes à la fin quand il n’y a que 24 bornes à faire ça ne laisse que peu de vrai VTT. Un mal pour un bien car comme j’ai mal à l’épaule j’ai peur (de poser la main droite par terre en cas de petite ou grosse chute), comme j’ai peur je commets des erreurs, comme je commets des erreurs j’ai peur… ça pourrait durer longtemps comme ça mais en résumé j’étais bien content de ne passer qu’une heure tout rond sur le VTT. Je suis quand même remonté un peu mais sans plus mais je n’ai pas tout perdu, j’ai craché des trucs pas très jolis un peu de toutes les couleurs pendant une heure, nettoyage de gorge intensif !

CAP : ce fut la bonne surprise de la journée, une fois la gorge et le nez bien décrassés, j’ai couru un honnête presque 11km trail roulant en 40mn à 3mn47s de moyenne si j’en crois mon Garmin ce qui est assez honnête. Au passage merci à Alex D’Oria qui a fait le lièvre quasi un tour alors qu’il participait (et a d’ailleurs gagné) en relais. Ca m’a bien motivé à produire un effort satisfaisant alors qu’il n’y avait plus d’enjeu.

Au final 12ème en 2h09mn46s à 11mn50s de Karl Shaw qui a fait un numéro. C’est beaucoup et en même temps pas tant que ça en étant sorti aussi loin de l’eau et compte tenu des circonstances d’avant la course.

Courbes : natation, vtt, trail.

Résultats : voilà le top 50 (environ 300 au départ), petit message pour ASO, vous avez le seul tri au monde où il n’y a pas de résultats détaillés pour tous les concurrents avec les trois disciplines et les transitions, ça serait bien d’y remédier d’autant que vous avez ces résultats que vous donnez individuellement à chaque coureur sans que ça soit possible d’avoir les temps des autres coureurs.

Galerie photos : ici.

Bon et après le Roc, bah finalement j’ai eu beau beaucoup cracher pendant la course j’ai encore passé quelques jours KO, un effort violent en étant malade ce n’était pas franchement recommendable. Mais j’ai quand même rebondi depuis 10 jours et j’emmène donc 10 jours d’entraînement correct dans mes valises:-) . Pas sur que cela suffira mais en dormant 4 jours non stop avant la course (j’ai 7 mois de sommeil à récupérer😉 ) et en donnant tout ce que j’ai je suis au moins sur de n’avoir aucun regret, le résultat sera ce qu’il sera mais si j’ai la sensation d’être allé au bout je ne pourrais rien regretter.

Je retourne à mes préparatifs. Bientôt des news du soleil…

Pyf

Ps : une bonne trouvaille sur le Roc, les barres Bonk Breakers que je ramenais souvent en grosses quantités lors de mes voyages aux US sont maintenant disponibles en France via Athletes In Motion. J’en connais un qui va de nouveau se régaler lors des prochains entraînements et sur les prochaines compétitions… et oui n’étant pas allé aux US depuis Ironman Arizona 2013 j’étais en rupture de stock😉 !

20151008_triroc_velo_13

Publié dans Récits de courses | Laisser un commentaire

Reprise au Soulor-Aubisque « sous contrôle » – au Tri Roc beaucoup moins ! 1/2

Pas en avance pour parler de ces courses qui ont eu lieu les 20 septembre et 8 octobre mais pour une fois ce n’est pas un mal. En effet si j’avais écrit trois jours après le Tri Roc l’intonation aurait été assez pessimiste alors que là dix jours plus tard et après un week-end d’entraînement bien plus encourageant que tout ce que j’ai pu faire les trois dernières semaines j’ai retrouvé un peu d’entrain. La lumière au bout du tunnel… ou une étincelle de courte durée ? Réponse à Maui !

Il faut quand même que je vous parle du Soulor-Aubisque, course qui accueillera le championnat de France format L le 19 juin 2016, pas que ma performance y fut mémorable loin de là mais parce que j’ai fait le plein de montagne comme je l’aime :

  • un beau col « et demi » puisque l’enchaînement col du Soulor – cirque du Litor – col d’Aubisque s’apparente en fait à une très longue montée avec un petit « break » physique et touristique de quelques minutes dans le cirque du Litor une fois le sommet du Soulor franchi.
  • une belle descente de l’Aubisque, parfois technique, parfois rapide qui a un peu mis à mal ma clavicule toujours convalescente mais en échange d’une bonne dose de plaisir.
  • sur l’aller et le retour jusqu’à la partie montagneuse du parcours de belles montagnes russes plus proches de ce que j’ai à la maison !
  • et pour couronner le tout cela s’est fait sous un grand ciel bleu agrémenté de températures plutôt clémentes à plus de 1700m d’altitude pour une seconde partie de mois de septembre ainsi qu’avec de sympathiques signaleurs bien en place à tous les carrefours pour une circulation parfaitement sécurisée.

En bref j’ai adoré la partie vélo mais c’était bien un triathlon alors reprenons depuis le début😉 . Départ prévu à 9h mais il a fallu attendre que le brouillard se lève sur le plan d’eau de Baudreix pour laisser place au grand ciel bleu pour donner le départ. Je pars le plus à droite possible pour éviter d’avoir quelqu’un à ma droite, j’ai en effet repris la natation 10 jours avant la course pour un total de 5 séances et ma clavicule reste très douloureuse, j’ai descendu la trifonction jusqu’en bas du ventre pour avoir le minimum d’épaisseur (et donc le maximum de liberté) au niveau de l’épaule car je ne suis même pas bien sur de pouvoir nager avec la combinaison. A ma grande surprise la douleur est très contenue, une beaucoup moins grande surprise est que la vitesse l’est aussi, pas loin de 35mn pour les 1900m qui devaient à ma décharge en faire 2100 puisque les premiers sont sortis en plus de 27mn (contre 23-24mn habituellement quand il y a vraiment 1900m). Le premier tour s’est bien passé (mis à part que je n’avais rien compris au parcours atypique : peu de bouées, il faut en fait passer derrière tous les tremplins de ski nautique), le second ne fut pas désagréable mais avec zéro endurance spécifique natation mes bras moulinaient dans l’eau avec trop peu d’appui pour être efficace, mais aucun regret je ne m’attendais pas à beaucoup mieux. Natation sous contrôle : CHECK:-) .

Revenons à la partie vélo, sorti entre la 50 et 60ème place du parc à vélo (en comptant les relais) j’ai d’abord bien remonté sur les portions roulantes (c’est grâce au LOOK 796 qui roule tout seul😉 )  puis finalement dans les premiers pourcentages amenant au Soulor ma remontée s’est nettement ralenti je me suis même fait un peu reprendre par certains qui ont du croire qu’il y avait un « KOM » avant le Soulor. Bref tout cela est vite rentré dans l’ordre et dans le col du Soulor tout le monde se met à son rythme, le mien n’est pas mauvais mais je me fait doubler deux fois sans pouvoir réagir, un peu dur à accepter car avec mes 59kg, mon vélo pas bien lourd et un 261w sur une heure entre les premières rampes menant au Soulor et le sommet du Soulor je dois quand même avoir un rapport poids/puissance avantageux. Il y a sans doute un début d’explication dans le fait que ma roue pleine neuve que je n’ai eu le temps d’essayer qu’une heure avant la course frotte un peu à la fois les patins en danseuse et  le dérailleur sur le disque quand je suis sur le grand pignon assis, il est peut-être là le demi km/h qu’il me manquait dans la montée… toujours est-il qu’il manquait un petit quelque chose, soit des watts soit du matos un chouilla mieux réglé (ou les deux) et donc je gère bien mais je perds du temps, il y a plus fort que moi, ainsi va la vie. Idem dans l’Aubisque si ce n’est qu’on est cette fois au dessus de 1500m et que l’altitude se mêle un peu à la fatigue pour une fin d’Aubisque pas transcendante, ceci dit tout cela est bien maîtrisé, j’ai mangé, bien géré mes deux montées successives et il reste donc environ 50 bornes descente + retour vallonné pour goûter aux joies du semi-marathon après 107km de vélo. Une fois la descente passée je manque un peu de jus et je perds clairement du temps sur le retour, j’ai mangé régulièrement oui mais pas assez en quantité (barres sans gluten qui manquent un peu de consistance), vivement le premier ravito de la CAP car je finis le vélo un peu « à sec ». 3h35 de vélo et donc 4h10 de course au moment d’attaquer le semi, tout cela plutôt bien géré, on peut presque parler de vélo sous contrôle : CHECK😉 .

Rentré dans l’air de transition je sais que j’ai une compote, des gels et des « cracottes » près de mes chaussures CAP qui m’attendent. Je repars les poches pleines et la compote dans la bouche quand j’entends 12ème à 16-17mn de la tête et là je me dis « ah ouai quand même », je savais que je perdrais 7-8mn dans l’eau mais on m’en a donc recollé 10 en vélo, les gars ne m’épargnent pas pour ma reprise ! Bon en pratique c’est 12ème mais il y a beaucoup de relais dans la course donc on s’y perd un peu mais en gros on en est là. La bonne surprise c’est qu’une fois le ventre plein de compote et gels (pris tous à la suite) le début de CAP se passe bien, entre 3mn50s et 4mn au kilomètre ça passe pas mal, je serai pas enthousiaste si c’était un « half classique » mais je suis bien conscient que ça n’a rien à voir de démarrer un semi après 4h10 d’effort qu’après 2h45 comme sur un format Half plus « roulant ». Vers le 8ème kilomètre deuxième petit creux, j’attrape alors du cake aux fruits au ravito et je me fais un bon goûter sur plusieurs kilomètres. La fringale passe enfin, le point de coté arrive en échange, bah oui maintenant j’ai trop mangé ! Le reste sera donc plus dur mais sans jamais exploser, la stratégie n’était pas si mauvaise car aussi désagréable soit-il je préfère gérer un point de coté qu’une fringale. En gérant tant bien que mal je boucle finalement le semi en 1h27, loin de mes meilleurs chronos en tri mais encore une fois avec un vélo de 3h35 avant et pour une course de reprise ce n’est pas si mal. J’ai presque envie de dire CAP sous contrôle : « presque » CHECK😉.

Je passe donc la ligne 5ème en 5h39mn44s derrière deux français, un espagnol et un belge. 14mn après le vainqueur Kevin Pilette qui a fait une très belle course. Même au top de ma forme je pense que j’aurais eu du mal à aller chercher ces 14mn (ou alors tout juste en nageant 2mn de mieux, pédalant 5mn de mieux et courant 7-8mn de mieux) donc vraiment rien à redire et aucun regret à avoir, encore une fois c’était la reprise suite à une clavicule droite cassée pile 11 semaines plus tôt.

Pour finir la journée « sous contrôle », ligne d’arrivée franchie et à moi le ravito tant attendu… oui mais non… « monsieur vous avez droit à une bouteille d’eau dont vous vérifiez l’état avant de consommer et vous me suivez au contrôle anti-dopage ». Coooooool enfin un contrôle anti-dopage sur un tri, c’est tellement rare que je mets une croix sur mon calendrier !!! Moins cool ça va me prendre 3h (oui oui comme dans 180mn) avant de remplir mon pot de 100ml de pipi, j’ai bien regretté la pause pipi vidange pendant la CAP car après j’avais 7h de route pour rentrer et le contrôle + l’accident sur l’autoroute entre Pau et Toulouse auront raison de ma volonté de rentrer le soir même à Nevers, obligé de m’arrêter et finir le lundi matin, le contrôle anti-dopage ne me coûtera pas cher en jours de suspension, aucune inquiétude de ce coté là, par contre il m’a coûté une nuit d’hôtel. Si c’est le prix à payer pour attraper les crapules ou au moins leur faire peur je mets volontiers ma contribution en enrichissant Kyriad Budget😉 .

Zut j’ai fait un peu long, du coup je vous raconterai le Tri Roc un peu plus catastrophique dans un jour ou deux. Et on reparle de Maui, oui oui j’y vais, mon épaule est en train de me donner le feu vert pour faire du VTT à peu près correctement alors FEU (vert) !

Voilà quand même les courbes Trainingpeaks : vélo , CAP.

Les résultats sur le site de l’orga : ici ou en pdf ici.

Et surtout de très belles images de montagne, je remercie Xavier de « Photos sportives en Aquitaine » et La Tribu 64 qui organise la course pour ces photos qu’ils m’ont autorisées à utiliser pour le blog et la galerie flickr : ici pour toutes les photos.

A très vite pour la suite de ce post pour parler du Roc et de Maui qui approche.

20150920_soulor_aubisque_velo_05

20150920_soulor_aubisque_velo_06

Publié dans Récits de courses | Laisser un commentaire

Nous sommes à Embrun mais papa ne prendra pas le départ : « trop injuste » !

Emmy a donc un pyjama en soutien à son papa, c’est mignon:-) !

IMG_1641

Heureusement qu’elle est là cette petite canaille car je suis quand même bien déçu de ne pouvoir prendre le départ de l’Embrunman qui est un peu mon rêve d’ado qu’il faudra encore repousser d’au moins une année.

Ma malédiction du Xterra France s’est en effet reproduite, il faut dire que je suis arrivé à Xonrupt avec une épaule droite déjà un peu marquée suite à une chute bête (comme souvent) alors que je promenais le VTT le week-end après le Ventouxman. J’ai d’ailleurs eu bien du mal à sortir de l’eau (184ème… un record !) mais dans un bon jour en VTT je passe 16ème à la fin du premier tour dans le rythme VTT des tout-bons malgré le grand nombre de dépassements à réaliser, environ 12ème au milieu du second tour quand une petite glissade/roulade m’amène à m’appuyer de nouveau sur l’épaule droite, la petite fissure surement créée 3 semaines plus tôt se transforme en vrai « crac ». Je suis bien reparti pour dix minutes encore plutôt bien « à chaud » mais ensuite les craquements en danseuse m’ont ramené à la raison, mieux vaut ne pas finir la dernière descente pour ne pas encore empirer le truc. Je ne pense pas de suite à Embrun mais plutôt à comment je vais pouvoir m’occuper de ma fille avec une clavicule cassée, comme quoi les priorités changent mais dans un second temps je m’aperçois aussi qu’Embrun se fera sans moi, snif !

20150707_clavicule_droiteRadio et RDV chirurgien à J+2 (je n’ai pas pris la peine d’aller à l’hôpital à Gérardmer pour que l’on me confirme ce que je savais déjà…) : pas d’opération « simple et sans risque » possible puisque j’en suis à ma troisième fracture sur la même clavicule (les deux précédentes au même endroit à gauche de l’actuelle), elle n’est donc plus droite et pour reprendre les termes du chirurgien : « on ne fait pas encore les plaques en forme de S »😉 .

Dans mon malheur il n’y a pas trop de déplacement et la guérison semble rapide, j’ai bien bossé sur le home-trainer en juillet et je suis dans une forme excellente comme je n’en avais pas connue depuis longtemps. Le hic c’est que je ne peux toujours pas nager donc pas possible de mettre ma forme du moment à l’épreuve de la compétition (en triathlon au moins), j’aurais bien participé au duathlon à Embrun mais le temps d’être sûr que ma clavicule était en état pour une compétition les inscriptions étaient déjà closes… quand ça veut pas !

Demain matin nous serons donc bien sur le plan d’eau d’Embrun mais en spectateurs, en parallèle je vais continuer à profiter de nos vacances ici pour repérer les différents parcours, quand l’occasion se présentera d’être cette fois au départ cela sera une aide précieuse pour affronter cette longue, difficile mais surement aussi magique journée.

Pour la suite j’espère barboter à nouveau très bientôt (d’ici deux semaines ?) et pour me rattraper de ce forfait à Embrun j’irai au dernier triathlon montagneux en fin de saison : Soulor-Aubisque, ensuite retour en VTT pour le Tri-Roc et je ferai mon max pour sauver ma saison Xterra sur une course à Maui le 1er novembre, l’envie de bien faire est toujours grande sur un championnat du monde mais là elle sera décuplée compte tenu du contexte !

Bonne chance à tous les participants à cet Embrunman demain, nous serons sur le plan d’eau de bonne heure pour vous encourager !

Publié dans Récits de courses | 1 commentaire