Canada : J -12

A douze jours de cette course qui occupe mon esprit depuis maintenant un mois et plus encore depuis que le championnat de Bourgogne XC est passé, voici un état des lieux de ma préparation et de ma condition physique… et mentale.
 
Une préparation sur 4 semaines
 
Rassurez-vous je ne vais pas vous dévoiler ici tous les détails de ma préparation, non pas que ce soit top secret, mais tout simplement parce que vous détailler mon entraînement au jour le jour ne serait pas une lecture des plus intéressantes !
 
Au lendemain du championnat de Bourgogne XC, il me reste donc 4 semaines de préparation avant la manche canadienne de la coupe du Monde marathon. 4, c’est précisément le nombre de semaines constituant "un cycle", ça tombe donc plutôt bien. Je précise qu’un cycle dans mon langage, c’est 3 semaines de travail et la dernière semaine avant l’objectif de récupération pour digérer le dur travail accumulé les 3 semaines précédentes.
La course grecque m’a permis de me rendre mieux compte du type d’effort pour lequel il faut se préparer, et c’est assez évident, il faut être prêt à passer de longues heures au seuil sans jamais se mettre dans le rouge. A l’entraînement cela se traduit donc par de longues séries au seuil, pour augmenter ma puissance et mon endurance à ce dit seuil. Pas de chance, cela correspond à l’entraînement que je déteste… ces longues séries au seuil lorsque l’on n’habite pas à la montagne se résumant forcément à de longs bouts droits négociés sur le grand plateau (avec le vélo de route) la tête dans le guidon à essayer de maintenir une vitesse généralement au dessus de 40 km/h. Pour un petit gabarit comme le mien ayant du mal à faire monter les pulsations sur le plat par manque de puissance ce n’est pas l’exercice le plus agréable !
Je sais pourtant qu’il faut passer par là, et avoir cet objectif en tête m’aide dans ces moments de "saine souffrance".
 
Semaine 1 et première course de préparation
 
Cette première semaine de préparation m’est facilitée par le fait que Look est fermée pour toute la semaine. Je travaille de chez moi pour compenser un peu pour mes absences liées aux courses, mais globalement il m’est plus aisé de gérer mon temps lorsque je ne suis pas soumis aux horaires de bureau. La semaine d’entraînement est donc plutôt bonne et se finira par un week-end en région parisienne pour profiter un peu de ma famille et mes amis. Le samedi je suis cuit, je décide donc de ne pas rouler et m’adonne à une autre activité presque aussi physique qu’un entraînement : courrir après ma nièce de 3 ans dans la maison !!!
 
Dimanche matin, je me lève aux aurores pour une course VTT dans les Yvelines, l’occasion de retrouver beaucoup de connaissances puisque c’est en Ile de France que j’ai fait la quasi-totalité de mes années de compétition. Je vous mentirai si je vous disais que je suis très motivé pour cette course, elle est sans enjeu pour moi et ne me sers que de préparation. J’ai pourtant une petite angoisse, celle de la chute… mes espoirs de faire bonne figure sur des courses internationales ont déjà été gachés en 2001 par une mauvaise chute et je ne souhaite pas voir ce schéma se reproduire.
 
Je ne prends donc pas de risque au départ, et pour ne pas être victime d’un accrochage le meilleur moyen est d’être en tête. Je pars donc devant, mais au bas de la première descente j’arrive un peu vite dans un virage, impossible de tourner, et me voilà parti pour une descente hors-piste qui heureusement se terminera bien.
Après être remonté sur le chemin, je me repositionne à l’avant de la course. Un duo va vite se former avec un coureur que je ne connais pas et qui s’avère être en fait très costaud. Je vais finir par me faire lâcher à la régulière peu après la mi-course, rien à dire il est plus fort aujourd’hui. Cela ne m’inquiète pas plus que cela car après une grosse semaine d’entraînement comme celle que je viens de faire il ne faut jamais espérer être très performant. Le plus dur est alors de rester motivé pour se donner à fond jusqu’à la fin de course. Après un moment d’hésitation je me remets en route pour conserver ma 2ème place à l’arrivée, 30 secondes devant mon ancien collègue de club Guillaume Sager, sûrement surpris de me voir à ce niveau sur un circuit me convenant aussi peu.
Cette course de préparation a bien porté son nom, pas passionnante, pas de grosse motivation et pas de grosse performance… si on ajoute à cela un circuit plutôt roulant… on obtient une course que je ne regrette pas d’avoir fait, mais qui m’a fait comprendre que pour la motivation j’ai tout interêt à ne pas en faire des comme ça tous les week-ends !!!
 
La mauvaise nouvelle du week-end c’est qu’Eric Weber avec qui je devais aller au Canada n’a lui pas évité la chute bête qui survient toujours dans ces courses sans enjeu. Et malheureusement Eric s’étant blessé, c’est seul que je me déplacerai au Canada. Bon rétablissement Eric !
 
Semaine 2 et finalement pas de course de préparation
 
Assez "amusant" de voir l’effet qu’une course peu enthousiasmante peut avoir sur mon parfois friable moral… de retour sur Nevers je n’arrive pas à me remettre à l’entraînement : un peu fatigué du week-end, un peu las, un peu préoccupé par la charge de travail qui m’attend chez Look. Et sans vraiment comprendre pourquoi, trois jours passent sans le moindre entraînement (lundi, mardi, mercredi). Voilà quelque chose qu’il va falloir que j’améliore : mon mental. Je passe trop souvent de tout en haut à tout en bas sans vraiment comprendre pourquoi ni comment.
Cela finit en tout cas de me décider pour mon programme du prochain week-end, pas de course et entraînement à la maison. Ca me permet tout d’abord d’éviter la fatigue liée à une course et un déplacement, mais aussi de profiter d’un week-end de trois jours pour accumuler une bonne charge de travail après une semaine quasi blanche.
A priori c’est le bon choix puisqu’entre jeudi et dimanche j’arrive à faire tout ce que j’ai prévu à l’entraînement en dépit d’un coup de froid pris sous la pluie et les températures quasi-hivernales (12° !!!) du jeudi soir.
 
Semaine 3
 
Nous sommes à l’heure où j’écris ces lignes au début de cette semaine 3, et je suis dans un excellent état d’esprit pour l’aborder. Une grosse charge d’entraînement m’attend mais si proche du but je suis très motivé et la météo semble enfin vouloir me faliciter la tâche.
Je vais donc m’entraîner très dur jusque jeudi, s’en suivra de la récupération jusque dimanche où je participerai à une manche de la coupe de Bourgogne XC.
Après cela, tout juste le temps de re-préparer vélo + bagages et d’aller travailler lundi et je serai dans l’avion mardi matin direction Montréal.
 
 
Ma petite conclusion à J -12
 
Cela fait longtemps que je n’espère plus qu’une préparation se passe EXACTEMENT comme prévue, même en étant coureur à plein temps il est difficile de tout faire parfaitement alors imaginez la situation lorsque vous avez un travail à plein temps à coté, un appartement et de manière plus générale une vie quotidienne à gérer, etc. Pour autant je suis assez confiant pour ce grand rendez-vous car je pense vraiment faire de mon mieux, et bien que très fatigué ces jours-ci j’ai bon espoir que la semaine de récupération que j’ai prévu avant la course me fera le bien escompté. Ensuite dans une course tout peut arriver, mais partir en ayant le sentiment d’avoir mis toutes les chances de son coté c’est à la fois un soulagement et une motivation pour récolter les fruits d’un dur travail de plusieurs semaines et des sacrifies qui vont avec.
 
 
Au plaisir de vous donner des nouvelles (bonnes j’espère) très bientôt.
Pyf
Cet article a été publié dans Préparation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s