The american dream all over again

Bonjour les amis,
Désolé de ne pas avoir beaucoup écrit ici ces derniers temps, mais j’avais comme besoin de prendre un peu de recul avec le vélo, avec l’entraînement et plus encore avec les déplacements et compétitions après un voyage en Italie très agréable en terme de paysages mais plutôt décevant en terme de performance et de résultat.
 
Avant d’écrire sur mon voyage en cours, je tiens à préciser que j’ai trois récits de courses (Ardèche, Italie et Val Thorens) à écrire et que je vais profiter de mes vacances pour le faire quand ce n’est pas déjà fait et surtout les publier. J’ai donc quelques devoirs en retard à rendre, mais ça ne me semble pas très important comparé à ce que je vais tenter de vous faire partager pendant les deux prochaines semaines au fur et à mesure que je continue de découvrir ce pays qui me fait tant rêver : les USA.
 
Retour donc quatre jours en arrière, dimanche 30 juillet, il est environ 13h à Val Thorens, je viens de finir le marathon de Val-Thorens et après une petite interview (et oui ayant fait toutes les coupes du monde j’ai droit à cet honneur au départ et à l’arrivée) je retourne péniblement vers la voiture, vidé et pas très enthousiasmé par ma performance…  mais heureux à l’idée de retrouver ma Caro à la voiture (désolé je n’écris pas sur le Blog à propos de mes histoires d’amour, mais pour faire très court, j’ai enfin trouvé quelqu’un avec qui partager ma passion et plein d’autres choses ! si c’est pas beau ça !) et heureux de voir qu’un de nous deux a fait une très grande course.
Caro termine 7ème de cette manche de coupe du monde mais prend surtout les reines de la coupe de france dont s’était la première manche. Ce résultat repousse un peu notre retour vers Nevers puisque la remise des récompenses n’a lieu que vers 16h, ce qui n’est surement pas plus mal, ça nous laisse le temps de récupérer quelque peu avant de reprendre la route.
Je vous passe les détails du retour vers Nevers, pour vous dire que la journée de lundi fut donc intensive puisqu’il me faut à nouveau préparer mes affaires et faire la route vers Paris pour prendre l’avion mardi matin. Nous avons un peu de mal à nous quitter… promis Caro la prochaine fois je te mets dans mes valises.
 
Mardi 1er août, c’est donc le départ pour la deuxième fois de l’année pour les USA et pour la troisième fois sur le continent américain puisqu’il y a eu le Canada en juin également. Cette fois, direction Salt Lake City (avec escale par Detroit) puisque c’est dans l’Utah qu’a lieu une manche de Norba (championnat nord américain) ce week-end. Arrivée mardi soir à Salt Lake, et après avoir récupéré une voiture de location je m’arrête non loin de là pour dormir, j’en ai franchement besoin après un si long voyage et huit heures de décalage horaire.
 
Mercredi 2 août, réveillé un peu tôt (merci le décalage horaire une fois de plus), je ne perds pas trop de temps pour m’en aller vers Brian Head, ça me prendra trois heures d’autoroute quasi désertique et une montée bien raide pour y arriver. Ca y est j’y suis, 3300m d’altitude quand même pour la station, et quand je finis par trouver un petit studio à louer (je n’avais rien préparer) les trois étages à monter me semblent être une montagne : où est l’oxygène ???
 
Il ne fait pas très chaud là haut, je suis encore un peu cassé du voyage et du marathon de dimanche, et quand il se met à pleuvoir c’est la goutte d’eau (ou plutôt la grosse averse) qui fait que je ne roulerai pas aujourd’hui.
En passant je peux vous donner ma première impression sur les lieux : c’est magnifique ! Un mélange de canyons avec une station de ski finalement assez verte (il pleut souvent paraît-il). L’idée d’aller me coucher à 17h me traverse bien l’esprit tellement je suis épuisé, mais j’y renonce. Si je veux m’adapter rapidement je dois m’efforcer de rester debout encore un peu. Je pars donc faire des courses (il faut bien se nourrir) et passe ensuite la soirée sur le net à avancer mon boulot pour Look… et oui même pendant les vacances il m’arrive de penser boulot. Je ne tiendrai quand même pas après 20h30, une fois les yeux fermés il devient dur de travailler de toute façon.
 
On en arrive à aujourd’hui, après un réveil à 5h du mat, un peu de Msn avec ma caro je finis enfin par sortir le vélo de sa housse avion (je n’ai pas roulé depuis dimanche) et là bonne surprise (le "bonne" étant très ironique), porte-bidon en vrac, insert de porte bidon arraché du cadre et un tube diagonal qui n’inspire pas trop confiance… bon bah je crois que je suis bon pour rouler en camelback pendant 2 semaines, et pour changer mon cadre à mon retour… SUPER.
 
Je finis quand même par partir rouler, et après quelques minutes j’ai déjà oublié que j’ai un Camelback sur le dos et un cadre endommagé. L’endroit est tout simplement MAGIQUE.
Avant de m’emballer petit descriptif de ce que j’ai fait : un tour du circuit du XC de samedi qui se déroulera sur… UN tour d’environ 40km, ça change des circuit à l’européenne de 5km avec parcourir X fois jusqu’a ce que les coureurs ne supportent plus de tourner en rond !
 
La station est donc à 3300m, et le départ se fait en montée. Bon aller je vais tuer le suspense de suite en vous annonçant que le tracé ne descend en fait jamais en dessous de la station donc 3300m c’est pour l’altitude mini, la maxi devant se situer environ 400 à 500m plus haut.
 
Bref retour à Pyf sur son vélo,  je pars donc pour faire ce tour, et à peine parti j’ai déjà un peu la tête qui tourne et le corps qui réclame de l’oxygène (je ne monte pourtant vraiment pas vite). Cette sensation durera environ une demi-heure, mais heureusement il y a ces panoramas tous les 300 mètres pour me rappeler que même si je n’arrive pas à resprirer je vis une fois de plus mon rêve ici. La compétition n’est pas une fin en soit pour moi, par contre elle est toujours un excellent prétexte pour aller découvrir ces endroits dans lesquels je ne m’aventurerais peut-être pas sans ce "pretexte". Vous me croierez ou non, j’ai passé la sortie à regarder plus loin que ma roue avant, à profiter de ces paysages, de cette nature et de ces grands espaces que je n’arrive jamais à trouver en France (pourtant remplie de très jolis régions à visiter).
Mieux encore, emerveillé que j’étais par des vues lointaines dans lesquelles se mélangent canyons, montagnes mais aussi grandes plaines en arrière plan, j’ai aussi pu profité d’un circuit de XC comme rarement j’en ai vu avec du singletrack de partout, des descentes à n’en plus finir et à mon grand désarroi pour aujourd’hui de longues bosses dont j’ai bien eu du mal à atteindre les sommets (dur retour à la réalité du vélo que ces bosses). 2h30 de pur bonheur qui m’ont même permis d’emprunter une partie du marathon auquel je participerai dimanche, probablement en touriste puisque les jambes ne sont vraiment pas là en ce moment.
 
Vous allez me demander : où sont les photos ? Euh… promis c’est pour demain, seulement ça risque de faire une sortie vraiment sacadée puisque c’est tellement beau que je risque de m’arrêter tous les 200m pour prendre des photos ! Bon, j’essairai de trouver un compromis tourisme / vélo c’est juré.
 
Sur ce je vous laisse, je finis ma digestion et si les orages de fin de soirée ne vienne pas perturber mon programme j’ai bien envie de repartir rouler 1h30 pour arriver à un total de 4h aujourd’hui mais surtout continuer à découvrir cet endroit magnifique que je place d’ores et déjà en haut de la liste des endroits les plus beaux sur lequel j’ai eu la chance de poser mes deux roues.
 
Je vous donne des news très vite (et avec photos cette fois).
Merci de me lire
Pyf
 
————————————-
 
Update du jeudi soir
 
Je n’ai finalement pas eu le courage de retourner rouler puisque le simple fait d’aller chercher mon dossard (un kilomètre de montée) m’a permis de comprendre que l’heure de vélo que je souhaitais faire serait de trop.
Je n’ai pas perdu mon temps pour autant puisque j’ai profité des jaccuzis, de la piscine et du hammam présents dans la résidence.
 
Après ça je me suis dépéché de manger pour vite sauter dans ma voiture et aller prendre quelques photos à des endroits où mon vélo ne m’avais pas emmené ce matin.
 
J’espère que les paysages vous plairont, moi il me laisse rêveur et je ne suis même pas sur que les photos leur rendent vraiment justice… il y a des choses qu’il faut voir avec ses yeux pour comprendre !!!
 
Rendez-vous dans la gallerie photos et n’oubliez pas de cliquer sur n’importe laquelle des photos pour ensuite les voir toutes en plus grand.
 
Sur ce je vais dormir.
A demain
Pyf
Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s