Cassis 2008 : course ratée… mais un très bon week-end quand même

De retour de Cassis, voilà venu le temps pour moi de vous parler de cette superbe épreuve ainsi que de quelque chose de banal pour certains (Caro y compris) mais tout nouveau pour moi : avoir un Team !

Tout commence par un trajet en voiture de sept heures entamé vendredi en début d’après-midi et incluant un dîner pic-nic sur la route pour rejoindre l’équipe à Cassis vendredi soir. Nous arrivons à notre chambre d’hôtes, La Bastidaine, vers 20h45; Et comme me l’avait dit Fabienne qui s’occupe de l’équipe elle est située au pied de la course, elle ne m’a pas menti, on peut difficilement faire plus près ! Les coureurs et l’encadrement sont là en train de dîner, excepté pour Miguel et le mécano qui nous rejoindront le samedi. Pour nous cela sera une tisane et un café, et une bonne occasion de faire connaissance avec tout ce petit monde que nous ne connaissions qu’au travers d’emails ou coups de fil.
Nous ne ferons pas de vieux os pour autant, le trajet ayant été long et l’envie de dormir pesant assez lourd sur nos paupières à ce moment là. Mais avant de se coucher, puisque Nicolas (l’un des coureurs de l’équipe) nous a donné notre dotation en vêtements, la tentation est grande d’en essayer, ce que nous ferons avec grand amusement !

Bien reposés le samedi, nous pouvons entamer une matinée bien chargée durant laquelle une séance photos et un petit tour à vélo sont au programme. Pour la séance photos, il nous faut attendre un Miguel comme toujours un peu imprévisible mais qui finira par arriver. Nous pouvons ainsi partir "rouloter" rapidement ensuite. Au programme, 1h sur route sur les hauteurs de Cassis avec 3 petits sprints courts pour me débloquer. Les sensations sont excellentes, ne restent plus qu’à les conserver une journée de plus.
Après une petite douche à notre chambre, nous remontons sur le site de départ pour déjeuner. Et là, bonne surprise, nous n’avons quasi rien à faire, tout est prêt dans un des deux camping-cars. Voilà un confort auquel nous n’avons pas été habitué et auquel nous risquons de prendre goût assez rapidement, tout en gardant la tête sur les épaules je vous rassure ! En tout cas un grand merci à Jean-Yves et Fabienne pour le gros travail de préparation et toute l’énergie qu’ils déploient pour offrir de si bonnes conditions à leurs coureurs !
Ensuite, pendant que Miguel, Ludo et Nicolas partent rouler, nous redescendons faire une sieste puis une petite promenade sur le port de Cassis avant que l’on ne se réunisse tous à l’hôtel avec un peu de mécanique pour moi, un massage pour d’autres, puis un excellent dîner des plus sains (produits Bio et / ou du jardin) et excellemment bien préparé. Une adresse que je vous recommande si vous passer par là, moi il faudra que je laisse ma gourmandise de coté la prochaine fois… je pense en effet avoir un peu trop mangé. Le dîner est également l’occasion de regarder plus en détail le calendrier, et pour Caro et moi d’hésiter fortement sur le déplacement du week-end suivant à St-Raphaël. Nous ne pourrons en effet pas participer à toutes les manches de la Coupe de France XCO, alors doit-on faire le déplacement fatiguant et coûteux dans le massif de l’Estérel ? Nous tombons d’accord pour donner une réponse après la course demain, en fonction des sensations, de la fatigue et de l’envie.
Le reste du calendrier prend une orientation assez marathonienne pour la quasi totalité d’entre-nous, avec en point d’orgue le Championnat du Monde en Italie le 6 juillet, le jour d’une Coupe de France XCO que nous manquerons justement. Après cela, il est grand temps d’aller se coucher !

Dimanche matin, nous nous levons forcément un peu plus tôt que tout le monde puisque le départ de Caro est à 9h (contre 11h pour les hommes participant à l’épreuve de 55km) et nous prenons donc notre petit déjeuner dans la chambre. Je n’ai pas de céréales blanches à dispo, je mange donc des flocons complets en me disant que j’aurai bien le temps de les digérer puisqu’il est tôt. Après le repas copieux d’hier soir, voilà ma deuxième erreur, des céréales bourrés de fibres, même 5h avant la course mènent à un désastre… on ne m’y reprendra pas !

Une fois Caro partie s’échauffer, je finis de ranger et rassembler nos affaires et la rejoint sur la ligne. Elle n’est pas trop stressé pour une fois et je dois bien avouer être content de la voir dans cet état d’esprit !
Le départ est donné pour elle, reste 2h d’attente puis échauffement pour moi. Après quelques bonjours à droite à gauche, je monte sur les rouleaux, Miguel me rejoint rapidement et tout de suite il y a plus de monde autour. Il ne faut pas s’y tromper, c’est bien pour Miguel que tout ce monde est là, je ne fais moi que partie du décor (rires…). Ludo lui a un échauffement malheureusement pour lui moins studieux puisqu’il se retrouve obligé de changer de fourche peu avant le départ, la sienne ayant un problème.
Finalement nous sommes tous bien au départ, moi en deuxième ligne avec mon dossard 13… je ne sais pas encore si celui là me portera bonheur ou malheur et n’étant pas superstitieux pour un sous je ne me pose à vrai dire pas la question. La réponse viendra quelques secondes plus tard lorsque le coup de feu est donné et qu’en quelques ratés successifs d’enclenchement de ma pédale je recule de plusieurs ligne d’un coup. Tout le monde avance… moi je recule, c’est du moins l’impression que cela donne vécu de l’intérieur. Une fois enclenché, ayant une bonne faculté à me faufiler, je remonte rapidement dans la première grosse montée jusqu’à revenir sur Ludo et qu’un petit groupe ne se forme derrière le groupe des "cadors" (ils sont sept devant) dans lequel Miguel s’est positionné. C’est ici que je passerai la première demi-heure de course, jusqu’à ce que le mal de ventre n’arrive. Je suis alors lâché de ce groupe et me retrouve assez esseulé et alors que je suis seul une trentaine de secondes derrière mon "ex-groupe", je tombe nez à nez avec Ludo par terre et semble t-il très sonné par une mauvaise chute. Je m’arrête, lui propose de l’aider, il me dit de repartir et que ça va aller. Courageux le Ludo ! Moi j’ai une raison de plus d’avoir mal au ventre et les descentes suivantes ne se feront pas dans la plus grande fluidité, tant ce genre d’image tend à persister devant vos yeux. Je préviens le premier signaleur que je vois mais il est déjà au courant, ne me reste donc plus qu’à continuer et espérer que Ludo n’ait rien de cassé !
La suite est beaucoup plus simple, je ne vais pas bien, je perds progressivement des places mais je roule toujours à un rythme suffisamment élevé pour ne les perdre que doucement. Je reprends même des coureurs à certains moments qui eux ont complètement explosé, ce qui ne m’arrivera pas, bien que ma vitesse de croisière me déçoive fortement !
Deux heures assez dure moralement puisqu’il n’est pas agréable de se faire doubler sans jamais pouvoir réagir mais il faut l’accepter et le mot abandon ne faisant pas partir de mon vocabulaire, tout du moins pas tant que le bonhomme et la machine sont en état de continuer, je rallie l’arrivée au rythme qui est le mien aujourd’hui. Même si cela est dur à vivre, finir est le moins que je puisse faire par respect tout d’abord pour moi et tout le dur travail effectué cet hiver mais aussi pour mon équipe et son très réussi nouveau maillot que je me dois d’amener sur la ligne d’arrivée !
Dans les 500 derniers mètres, Stéphane Tempier le champion de France espoir revient sur moi comme une fusée alors que je l’avais doublé en début de course, je tente bien une petite attaque mais il reviendra pour me déposer tout près de la ligne. Aucun de nous deux n’est dans un grand jour, mais même dans un mauvais jour ce garçon est bien plus puissant que moi (rires…) !

A l’arrivée, je suis 28ème, un peu amer mais content d’être allé au bout quand même. La saison est longue, et même si le résultat n’est pas là je suis assez convaincu que la forme est elle bien présente. Alors j’aurai d’autres occasions d’être plus à mon avantage, pourquoi pas dès le week-end prochain à Saint-Raphaël… puisque cette course nous aura au moins permis de nous décider. Nous serons de la partie !
Tiens j’en oubliais presque de parler de Caro, mais c’est que je n’ai eu des infos sur sa course qu’après mon arrivée lorsque je l’ai retrouvé. Le résultat (11ème) la déçoit un petit peu, mais elle s’est fait plaisir et sachant les difficultés qu’elle a à trouver du plaisir en course depuis pas mal de temps c’est déjà un grand pas en avant !

Le temps de remercier tout le monde et de demander des nouvelles de Ludo (encore à l’hôpital à l’heure à laquelle nous repartons) et nous voilà prêt à repartir, il ne faut pas traîner puisque nous allons rentrer sur Nevers dans la nuit de dimanche à lundi pour repartir dans le sud jeudi après-midi. En écolo que je suis j’ai un peu honte d’un tel gaspillage de carburant mais comme tous les "amateurs" du circuit le boulot nous attend dès le lundi matin.

En conclusion, je pense pouvoir dire que même si les résultats bruts n’ont pas été au rendez-vous ni pour Caro, ni pour moi, nous sentons qu’il y a possibilité de faire bien mieux et cela donne une très grande motivation. C’est avec plaisir que nous retrouverons tout le monde dès vendredi à Saint-Raphaël, y compris Ludo qui devrait être de la partie (pas de fracture après examen, Ouf !), en espérant faire encore plus honneur au maillot cette fois !

Je vous dis donc à lundi ou mardi prochain pour la suite. Et n’oubliez pas de rouler🙂
Pyf

Ps : Bravo à Miguel qui finit à une belle 8ème place malgré une crevaison qui l’a fait un peu rétrogradé à la fin (il était 5ème).

Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cassis 2008 : course ratée… mais un très bon week-end quand même

  1. billy dit :

    Salut Pyf, c’est toujours avec autant de plaisir que je lis tes CR ! Ben dommage que l’on ne se soit pas vu ce weekend mais bon se sera pour une autre fois. Peut être a la forestière ou au Roc. Bonne continuation pour la suite. Billy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s