2009 : déjà quatre courses !!!

Le temps passe, passe et j’en oublie d’écrire.
Après un hiver bien chargé et studieux (au sens cyclistique du terme bien entendu !) qui a vu le démarrage d’une nouvelle collaboration avec Mickaël Bouget pour l’entrainement, il est grand temps d’aller se tester sur des compétitions, ce que je fais depuis le week-end dernier.

Un premier petit test était planifié pour le 8 février sur une manche du Challenge Auvergne à Chazemais. Je profitais d’une semaine de récupération avant de passer aux choses plus sérieuses à l’entrainement pour m’aligner sur cette épreuve. Malheureusement le test a été entrecoupé de deux crevaisons qui ne m’ont pas donné l’occasion de m’exprimer réellement. Test raté mais les sensations étaient intéressantes… à suivre donc.

La vraie reprise planifiée était pour le week-end du 28 février – 1er mars avec cette fois deux courses dans le week-end.
Le week-end commence par une course VTT le samedi à Creuzier le Vieux (Auvergne), course à laquelle j’avais déjà participée l’an dernier mais dont le circuit a été franchement durci… pour mon plus grand plaisir ! Le circuit est fort sympathique, le beau temps de la partie : de parfaites conditions pour une reprise en somme. La course en elle même fut assez limpide, je ne cherche pas spécialement a me détacher dans le premier des cinq tours mais la difficulté du circuit fait la sélection et je m’en vais sans attaquer pour m’imposer facilement avec cinq minutes d’avance. Première victoire pour 2009, le début d’une longue série je l’espère.

On remet cela le dimanche, sur route cette fois. Comme la veille, je fais le déplacement avec mon collègue de travail Benoit. Nous étions dans mon élément hier en VTT, nous voilà dans le sien sur route. La course comporte 19 tours de 4,5km avec une belle bosse en fin de tour. Cela fait plusieurs jours que je me dis qu’il faudra que je sois sage pour une fois sur route, par conséquent quand une échappée se crée à la fin du premier tour en haut de la bosse, je suis tout à l’avant mais décide de ne pas y aller en me disant que c’est un peu tôt dans la course. Et bien entendu, c’était la bonne que j’ai regardé partir. Je consacre donc le reste de la course à emmener le peloton (c’est ma punition), lancer des contres mais rien n’y fera je finirai à l’avant du peloton… avec un goût amer. Je retenterai l’expérience sur route un peu plus tard dans la saison, pour le moment place à une longue série de courses VTT.

La première de cette longue série avait lieux le 8 mars, Coupe du Loiret à Menestreau en Villette. Le temps est aux giboulées de mars, mais pas de pluie à l’échauffement durant lequel je reconnais une partie du circuit. C’est très plat mais également très ludique avec pleins de single track légèrement sablonneux où le grip est excellent. Il m’a fallu cette fois m’arracher pour gagner, les troisième et quatrième des Championnats de France Ufolep 2008 sont présents et l’un des deux n’est autre que le fils du président du club organisateur et ancien professionnel sur route Patrice Esnault. Autant dire que le garçon est bien supporté et bien remonté.
Le vent étant froid et le temps menaçant, je pars tout en long et j’ai vraiment chaud dans les deux premiers des quatres tours. Nous n’arrivons pas vraiment à nous départager car même si je suis plus fort dans les parties techniques et les deux très courtes bosses, les parties roulantes les reliant ne me permette jamais de maintenir un écart de plus de 20-30 mètres et je finis toujours par me relever. Par ailleurs, la pluie tardant à venir, j’ai terriblement chaud dans ma veste thermique (rires…). Finalement la pluie arrivera comme une bénédiction, rendant le circuit plus glissant. Nous nous livrons une belle bagarre dans le troisième tour, qui ne donnera rien mais on commence à sentir que la moindre erreur ne pardonnera pas. Je reste concentré, me positionne devant dans les parties techniques et cela finit par payer. Au milieu du dernier tour, je passe une grande flaque d’eau en roue arrière, enchaîne parfaitement sur le petit talus glissant qui suit. Derrière, mon poursuivant se rate et finit à pieds. Je n’ai plus qu’à rester concentré jusqu’à la ligne d’arrivée que je franchis avec cinquante secondes d’avance.
Je tire un vrai enseignement de cette course, je ne suis pas vraiment fier de mon niveau puisque je n’ai jamais eu la puissance pour faire une vraie différence, par contre je conforte une confiance que je cultive petit à petit : il m’aura fallu dix ans de VTT pour commencer à gagner des courses dans des situations où nous sommes à deux ou trois en tête. J’ai enfin commencé à gagner dans cette situation l’an dernier (Championnat de Bourgogne 2008 notamment). Je commence donc à être assez solide pour ne pas comettre la faute le premier, voilà un vrai grand pas en avant.

A très bientôt pour la suite, avec des mises à jour de ce site bien plus régulières.

Pyf

Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s