Coupe de France Marathon au Caylar en Larzac : cailloux, portages et classement hasardeux…

Hier avait lieu la seconde manche de la Coupe de France Marathon au Caylar en Larzac. Bienvenue dans le far-west français, le Caylar a beau être au bord de l’autoroute c’est franchement dépaysant.
 
Une fois n’est pas coutume, je commence par la fin pour vous raconter cette course et je terminerai par ce qui me semble un peu plus constructif : que retirer de cette course ?
 
Pour la partie inintéressante, voilà le déroulement de la fin de course : je passe sur la ligne au 70ème kilomètre en cinquième position (c’est tout du moins ce que l’on m’annonce) avant d’attaquer la boucle finale de 25km. Je suis fatigué mais encore capable de tenir à bon rythme ce qu’il reste à parcourir. Rapidement dans cette boucle je retrouve le sympathique Olivier Lamarque qui s’est un peu perdu, il a fait un gros début de course mais est en train de craquer et après 3-4km parcourus ensemble je m’en vais en continuant à mon rythme. A chaque pointage à partir de là on m’annonce quatrième ce qui, compte tenu de mes faiblesses sur ce type de parcours dont je vous parlerai après, est un excellent résultat.
Je ne me fais pas redoubler sur cette fin de boucle et finis même assez fort, sauf que sur la ligne on m’annonce cinquième. Étant bien fatigué je ne cherche pas plus loin, m’en vais boire un coup et retrouve Caro encore malchanceuse puisqu’elle a crevé alors qu’elle était la plus forte et qui a fini seconde après avoir réparé.
Après douche et mini repas, nous revenons pour les podiums et j’apprends qu’une réunion a eu lieu entre quelques coureurs et commissaires suite aux incidents de la dernière boucle. Vivien Legastellois qui était seul en tête et qui s’est perdu avec la moto ouvreuse est reclassé premier et du coup comme il faut bien trouver une solution pour reclasser les autres coureurs la boucle finale a tout simplement été "annulée" pour les six premiers puisque cela ne changeait ensuite rien au delà de la sixième place. Donc on me classe sixième (j’étais absent de cette réunion informelle et bien entendu les absents ont toujours tort), Frédéric Frech qui avait coupé une grosse partie de la dernière boucle en ratant par la même tous les points de contrôle / pointage est malgré tout classé devant moi, Olivier Lamarque qui était rincé et qui n’aurait évidemment pas fini troisième est troisième. Bref, je sais que les commissaires ont fait de leur mieux mais puisque c’est moi qui ne me suis pas perdu et qui avait bien géré pour finir fort qui paye les pots cassés, je pense être en droit de dire que c’est du grand n’importe quoi et qu’une réunion durant laquelle on demande aux coureurs "bon toi tu penses que tu aurais fini combien si tu ne t’étais pas perdu / si tu n’avais pas coupé dix bornes ? etc." c’est quand même très loin de la réalité de la course. Personnellement, la moto ouvreuse est tombée devant moi et m’a fait perdre le contact avec le groupe de tête en début de course, c’est également un vrai incident de course qui a eu une incidence sur le reste de ma course (je me suis retrouvé seul dans la "pampa") et pour autant on ne m’a pas ré-attribué de temps et ça ne me serait même pas venu à l’idée de demander, sinon on en finit plus !!!
J’arrête là pour l’aspect "non sportif" de cette course.
 
 
Parlons maintenant de vélo, du vrai !
 
Le parcours était à mes yeux (qui sont ceux d’un francilien exilé dans la Nièvre soit deux régions peu accidentées / rocailleuses) extrême, exception faite de la première montée, quasiment toutes les vraies montées étaient des portages. Par ailleurs le circuit était rocailleux à souhait.
 
Je tire de bonnes leçons de cette course, qui me serviront sans doute pour l’an prochain si je continue le VTT à l’échelon national (je sais, je sais, j’avais dit que j’arrêtais mais j’ai peut-être de nouveaux projets… dont nous reparlerons ultérieurement) :
– primo, j’étais encore très fort physiquement, j’ai pu le constater notamment dans la première bosse où sans trop forcer j’ai pu décrocher tout le monde sauf Vivien qui était lui aussi encore en très bonne condition.
– secondo, j’ai un énorme travail à faire sur les circuits rocailleux, comme une célèbre marque de pneu l’a proclamé : "sans maîtrise la puissance n’est rien", ça résume parfaitement la situation dans laquelle j’étais hier. J’étais tellement concentré à rouler propre sur les rochers que je n’ai finalement pas vraiment fait la course. Alors certes j’ai fait très peu d’erreur et j’ai passé beaucoup de passages très techniques à vélo mais… pendant ce temps là je ne roulais pas bien vite, en tout cas pas au niveau des premiers.
– tertio, j’ai beaucoup progressé sur les portages courts, par contre quand ça dure trente minutes, je ne suis vraiment pas dans mon élément, à travailler également.
– et pour finir, moi qui roule toujours en gros pneus, je n’en avais pas avec moi sur la course sur laquelle ils m’auraient été le plus utile. Carton rouge. Idem pour le tout-suspendu, je ne le sors pas souvent et cela aurait vraiment été l’occasion ! Je le saurai pour l’an prochain si cette épreuve est de nouveau dans mon calendrier.
 
Voilà pour ce récit de course un peu différent des autres, mais je vous l’ai écrit comme ça venait aujourd’hui (pour une course dont le classement est fait à l’envers, je vous écris le récit à l’envers… rires).
 
Je pars pour le salon Interbike à Las Vegas en fin de semaine, donc mon prochain récit sera probablement un peu plus touristique que cycliste. Je tenterai malgré tout de m’entretenir avec quelques footings et si possible un peu de vélo (avec des vélos d’essai) à Vegas puisque moins d’une semaine après mon retour nous serons à Ornans pour la finale de la Coupe de France avant d’enchaîner sur le Roc d’Azur marathon !
 
A bientôt
Pyf

Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s