Deux cas « reconnus » de dopage autour de moi en moins d’un an, ça fait beaucoup…

 

… et ça m’oblige donc même si je déteste associer cyclisme à dopage comme cela est si souvent (et trop facilement) fait à faire un point sur ces deux cas que j’ai vu et si ça fait passer un message constructif (je ne promets rien) cela sera encore mieux.

Le premier cas m’a beaucoup surpris, touché mais aussi un peu déçu puisqu’il s’agit d’un vététiste que je côtoyais sur bons nombres d’épreuves ces dernières années et avec qui j’avais lié des liens puisque nous partagions la même passion pour les épreuves longues distances. Je lui ai déjà dit ce que je pensais de ce qui lui était arrivé alors j’espère qu’il ne m’en voudra pas d’en parler un peu ici alors qu’il arrive en fin de suspension et qu’il a donc payé pour son erreur. Il semble s’agir d’une erreur d’inattention, ce n’est pas 100% excusable à mes yeux ou à ceux de la fédération puisqu’il y a bien eu suspension mais je crois assez volontier ce coureur quand il me dit qu’il n’y avait pas volonté de tricher. Les faits en deux mots : douleurs articulaires, prise d’anti-inflammatoires cortico-stéoridiens sans s’assurer que ce traitement est autorisé, performances sensiblement supérieures à ce qu’il produisait habituellement et contrôle positif. Là où je me suis senti un peu floué après coup c’est que le jour où ce coureur marchait comme un avion, j’avais bien du mal à suivre et j’étais vraiment très surpris qu’il atteigne un tel niveau. Le coureur en question aurait du se douter que le médicament qu’il prenait le rendait un peu surhumain ce jour là et n’aurait jamais du continuer cette mascarade (ou course de moto…) se doutant bien que sa performance était aidée par le médicament avalé. Le règlement veut que si un coureur prend un tel médicament il ne doit pas courir sur une durée donnée jusqu’à ce qu’il n’y ait plus la moindre trace de la substance dans le corps, vu comme les substances en question semblent améliorer les performances, c’est tout à fait normal et juste. Le coureur ne sachant pas ce qu’il a pris n’a pas respecté ce délai, il se fait prendre, il est puni à hauteur de la faute (suspension de durée moyenne mais pas très longue non plus), c’est dur à vivre mais cela me semble normal et juste.

Le second cas « fraichement officiel » ne m’a à l’inverse ni surpris, ni déçu puisque je savais depuis longtemps ce qui se tramait en espérant, même si je ne souhaitais pas de mal directement à l’intéressé, que la vérité éclaterait pour le bien de ce sport que j’aime tant. Certes ce n’est pas bon pour le cyclisme sur l’instant mais ça démontre aux tricheurs qu’on ne s’en tire pas toujours sans encombre (même si beaucoup s’en tirent très bien quand même malheureusement) et les incitera soit à être plus vigilants (auquel cas nous ne sommes pas plus avancés) soit à arrêter de voler les autres coureurs (voir d’en dégouter certains qui ne veulent plus prendre le départ de compétitions… peut-être en partie pour cela qu’il n’y a plus grand monde aux départs des courses par chez nous…), de bafouer l’image de leur sport et surtout de prendre des risques énormes pour leur santé alors que les enjeux à notre niveau sont infimes… la santé n’a pas de prix bon sang !!! Le coureur en question m’a volé des courses (en tout cas au moins une) que j’aurais du gagner, n’a pas hésité lorsqu’il était entouré à venir me dire que j’étais idiot de rentrer manger bio chez moi alors que lui marchait aussi bien en allant au « Mc Do » juste après une course… mais revenait vers moi quelques jours plus tard pour me demander conseil pour savoir comment s’affuter. Cela témoigne soit d’une grande hypocrisie, soit d’une certaine remise en question, voilà pourquoi je ne l’ai jamais envoyé balader en me disant que des conseils sincères pourrait peut-être le remettre dans le droit chemin. C’est effectivement plus facile d’aller au Fast Food le soir et d’avaler du Clenbuterol le lendemain matin mais ce n’est pas du tout mon approche du sport et bien au delà du sport ce n’est pas mon approche de la vie tout court. Pour autant on m’a appris à ne jamais me réjouir du malheur des autres alors même si le compétiteur tricheur ne me manquera pas, je souhaite à l’homme d’en tirer de bonnes leçons et de se souvenir que dans le sport mais aussi partout ailleurs lorsque l’on sème le vent on récolte parfois la tempête… or la tempête jette parfois les cyclistes dans le fossé, surtout lorsqu’ils roulent avec des jantes hautes (les cyclistes comprendront, désolé pour les autres, rires…).

En résumé sache donc que je te pardonne pour les petites moqueries à l’égard du coureur peut être trop « clean » que je suis, que je te pardonne pour les courses volées, cela ne m’empêche pas de penser que c’est une bonne chose que tu te sois fait attraper pour ta santé d’abord, pour le sport ensuite. J’espère que ces quelques années de suspension ne te feront pas arrêter de pédaler pour autant et que tu retrouveras bien loin de toute notion de résultat le plaisir de pédaler pour parcourir le paysage, c’est parfois tout aussi agréable et beaucoup moins stressant. Bonne chance et bonne reconstruction.

Rien à ajouter, j’espère ne plus jamais avoir à revenir sur ce sujet, ce qui signifierait que ces cas se font se plus en plus rares autour de moi…

Pyf

Cet article a été publié dans Philosophie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s