Courir en catégorie pro / être pro… deux choses bien différentes !

Désolé pour le manque de news ces dernières semaines, je me suis carrément laissé dépasser par les évènements (je n’ai pas bien eu le choix à vrai dire…). C’est donc l’heure du rattrapage et pour rendre les choses plus claires et vous permettre de sauter ce qui ne vous semble pas intéressant (je ne serai pas fâché) on va couper l’article en trois + conclusion… le titre de l’article servant aussi de conclusion.

I – Course sur route du 17 avril

II – Ronde de Vézelay VTT le 25 avril

III – Championnat du monde Cross-Triathlon le 30 avril

IV – Conclusion et suite des évènements

I – Je vous ai donc laissé la dernière fois la veille de la course de route 2-3-J « Vin du Sancerrois ». Course que j’avais ajouté à la dernière minute au programme (le samedi pour le dimanche) en remplacement d’une séance d’intensité de toute façon prévue sur le vélo de route. Les conditions sont bonnes (soleil avec un peu de vent), le plateau est relevé puisque les clubs franciliens sont descendus en nombre et le grand parcours s’annonce intéressant.  Après quelques kilomètres de départ fictif, le départ réel est donné, je discute avec une de mes connaissances franciliennes (Hervé Loy) et ça flingue pas mal dès le km zéro. Je jette juste un oeil pour vérifier que le peloton ne se scinde pas en deux mais cette guerre dès le départ ne m’intéresse pas plus que cela puisque les difficultés arriveront à partir du trentième kilomètre environ. Quatres hommes sortiront et à ma grande surprise on ne les reverra jamais ! J’ai bien animé la course derrière et un beau contre nous ramènera à 45s du groupe de tête mais jamais plus près. Je finis finalement 10ème, la place importe peu puisque du moment qu’on ne joue pas la gagne la course se transforme vite en entraînement dans ma tête. La très bonne nouvelle de la journée c’est que deux semaines seulement après la Cape Epic mon coeur remonte parfaitement, je suis très limite en résistance à l’acide (un peu « diésélisé ») par contre mais le coeur qui remonte est signe que la récupération est quasi terminée alors que je m’attendais à minimum un mois ! Youpi.

II – 8 jours plus tard, me voici sur « ma » course du lundi de Pâques : la Ronde de Vézelay. Avant le départ j’ai gagné 3 fois sur quatre le scratch et 4 sur 4 si on ne regarde que le classement sénior. Jean-Paul Stéphan m’avait facilement battu l’an dernier mais je venais juste d’attraper la Dengue à Taiwan… j’avais donc des circonstances atténuantes. Cette année, même si les courses VTT ne sont plus objectifs je me sens prêt pour la revanche de l’an dernier. Connaissant bien le parcours je décide de rapidement faire tout exploser pour me retrouver avec les deux costauds : Jean-Paul Stéphan qui vient défendre sa plaque n°1 et Cédric Chartier l’un des tous meilleurs Masters français (vainqueur de la Coupe de France et du Roc d’Azur 2009). Nous nous livrons une belle bagarre pendant plus d’une heure, Jean-Paul semble très fort, Cédric un peu plus limite et fait un peu élastique d’autant qu’il roule en rigide contre deux tout-suspendus et que le début de course compte pleins de passages techniques. Quant à moi, ça ne va pas si mal, je suis à fond mais nous le sommes tous les trois alors il faut simplement rester fort dans la tête et serrer les dents dans ces cas là ! Dans la très difficile montée de la basilique, je trouve la faille pour m’échapper, je serai revu un peu plus loin… une grosse cartouche de grillée mais peut-être pas pour rien, j’ai fait souffrir tout le monde donc la cartouche qui est perdue pour moi l’est aussi pour les autres, c’est du moins ce que je me dis pour me rassurer. Et il s’avère que c’est le cas : deux montées plus loin je crois Mr Stéphan en train de bluffer quand il laisse partir Cédric, en fait il est cuit, je vais rechercher Cédric (sans grande difficulté) et commence à me sentir rassuré et en bonne position, nous sommes chez moi ici. J’ai déjà en tête l’endroit où je pense pouvoir faire la différence un peu plus loin mais Cédric crève sans que cette bagarre ne puisse avoir lieu, c’est vraiment dommage, j’aurai aimé que cela se joue à la régulière. Sans prétention je pense que j’étais en mesure de l’emporter quoiqu’il arrive, à moins que Cédric ne cachait vraiment bien son jeu… J’espère que le plateau sera aussi relevé l’an prochain, je n’ai jamais été poussé aussi loin dans mes retranchements pour m’imposer ici et ça rend cette superbe course d’autant plus excitante ! Beaucoup moins excitante fut l’attente des podiums le long de la rivière après la course, le temps est très orageux et il y a des moustiques partout, ça paraît un détail mais ça aura une grosse influence sur la suite puisque le championnat cross-triathlon en Espagne a lieu seulement cinq jours plus tard.

III – Le championnat du monde cross-triathlon, premier du nom sous l’égide de l’ITU, a lieu le samedi 30 avril. Départ prévu le jeudi 28 de Nevers, le problème c’est que les nuits et jours séparant la Ronde de Vézelay du départ ne sont pas du tout favorables à bien préparer la course. J’ai un boulot monstre avant de partir donc pas le temps pour m’entraîner et les nuits finissent pas être consacrées au boulot également puisque de toute façon la centaine voir les centaines de boutons de moustique que j’ai sur le corps ne me laisse pas de répit pour dormir la nuit. S’en est risible mais ça n’aide pas à partir serein. Je suis largement capable de m’adapter et me raisonner en me disant que pas le temps de m’entraîner mais sommeil correct = récup… par contre pas d’entraînement et pas de sommeil = destruction physique et morale du bonhomme, « j’aime pas » (allusion à FB) ! Ceci étant dit nous arrivons en Espagne jeudi  soir sous un soleil somme toute bien dissimulé😉 . La bonne nouvelle c’est que Caro est avec moi pour effectuer son premier triathlon, cela sera samedi matin pour elle en groupe d’âge (F25-29).

Je suis tellement en manque de sommeil que le vendredi matin je n’ai pas trop envie d’aller sur le site de la course, pas de bol ce que je ne savais pas c’est que les entraînements et le meeting pour les elites a lieu le matin-midi justement, oops. On se rend sur site l’aprem, il se met à pleuvoir, on prend les dossards je prends déjà aussi un avertissement car pas pris le dossard le matin. Vu le temps on va juste marcher un peu sur circuit VTT et CAP, encore pas de sport aujourd’hui… quand ça veut pas…

Le lendemain matin nous nous levons de bonne heure pour la course de Caro, s’ensuit une succession d’évènements tous plus grotesques les uns que les autres et une journée à oublier. Le parking est à plus de trois kilomètres du site de la course, bien pratique. Ne le sachant pas je n’ai pas pris mon vélo donc je marche jusqu’à là bas, après toute cette marche on nous fait encore faire un grand tour pour accéder à la zone de transition et une fois arrivés on nous dit que c’est trop tard, nous étions arrivés 1h45 avant le départ et n’avons pas traîné ensuite et ça ne suffit toujours pas… un peu d’énervement plus tard et l’organisation qui s’aperçoit que nous sommes loin d’être les seuls, on finit par accéder, Caro va pouvoir vivre son premier tri🙂 ! Cela va très bien se passer : la natation qu’elle craignait tant ne va finalement pas être mauvaise et le VTT (même s’il sera très difficile de doubler car énormément de concurrents sur le circuit très étroit) et la CAP vont ensuite très bien se passer. Elle termine 5ème en groupe d’âge.

Les gags vont ensuite continuer : mon départ étant à 18h30 (oui oui vous avez bien lu) nous avions prévu de refaire les 60km aller-retour pour retourner au logement pour que Caroline se douche, mange et que je prépare mes affaires. Impossible de récupérer ses affaires en zone de transition après la course groupe d’âge, on nous demande de revenir dans deux heures. Et forcément un peu plus tard quand on revient, le vélo est là mais plus de combi (toute neuve), plus de lunettes, plus de bonnet… les emmerdes continuent !

Temps de passer à ma course quand même, j’arrive 20mn avant le départ pour me mettre à l’eau, tous les coureurs elite ou presque sont dans l’eau ou sur le point de s’y mettre : « ah non monsieur, c’est trop tard, on va siffler pour que tout le monde sorte de l’eau »… le coup de sifflet ne viendra que 10mn plus tard et nous serons donc 4-5 à partir sec. Le départ plongé est donné, tout va bien quand une cinquantaine ou centaine (je ne sais plus trop) de mètres plus loin je vois les petites étoiles et n’arrive plus à respirer, je viens de découvrir le choc thermique… me serai bien passé de ce genre de découverte. J’arrive tant bien que mal à la transition pour me rendre compte que j’aurai du couper les chevilles de ma nouvelle combi, je n’arrive pas à l’enlever, le vrai guignol dans toute sa splendeur avec les mésaventures du premier tri de l’année. Une fois la combi retirée, le premier des quatre tours VTT est un peu catastrophique, j’ai toujours la tête qui tourne, ça ira mieux ensuite sous la pluie battante qui me remettra les idées en place. La course à pieds dans la foulée n’est pas mauvaise non plus, premier tri de l’année donc je traîne un point de coté qui m’obligera à respirer comme une femme qui accouche tout du long mais j’arrive à courir pas trop mal quand même. Bref une mauvaise natation, un VTT très moyen, une CAP très moyenne et voilà comment on termine 20ème à 14mn de la gagne alors qu’il m’était sans doute possible de faire beaucoup mieux. Il faut l’accepter et se dire que les Xterra ne commencent que fin mai😉 .

Bon et maintenant la cerise sur le gâteau : le lendemain ma mère m’écrit pour savoir si tout va bien car je suis noté « DNS » dans les résultats. DNS pour les non initiés c’est « did not start = n’a pas pris le départ ». Oui je vais bien, j’ai fini la course en 1h40 certes dans un mauvais jour mais j’ai clairement pris le départ et même franchi la ligne d’arrivée. Il s’avère que je ne suis pas le seul, il y a pourtant des coureurs classés qui ont fini derrière moi, mais il y a aussi d’autres coureurs qui ont participé et terminé et qui sont DNS. A ce jour je n’ai toujours pas d’explication (problème de puce électronique peut-être ?)  et personne ne semble vouloir en donner, ce qui est sur c’est que ce n’est carrément pas sérieux pour un championnat du monde, y aller représentait un gros déplacement, un gros budget et vis à vis de mes partenaires rentrer avec un DNS inventé me gêne beaucoup. Jamais dans ma vie je ne me suis déplacé pour ne pas prendre le départ d’une épreuve !!! Je continue donc à me battre pour que mon classement soit officialisé, j’ai même des photos de moi en course alors qu’on ne vienne pas me dire que je n’ai pas pris le départ, arggghhhh !!!

IV – La conclusion est un peu le fruit de tout ça et des jours qui ont suivi le retour d’Espagne. En effet de retour en France le lundi soir, il me fallait repartir en Suisse pour le boulot le mercredi, autant dire que l’entrainement en a encore pris un coup. Exception faite des 18mn dans l’eau en Espagne je suis resté deux semaines sans nager et quasiment même sans m’entrainer. Alors oui je suis et je resterai très motivé pour les Xterra cette saison, oui je vais les courir en « Pro » car il faut avoir de l’ambition et les « sous-classements », même si je les respecte, n’ont jamais été ma tasse de thé (j’y viendrai sans doute dans quelques années pour les catégories Master). Je ne crache pas dans la soupe, le titre amateur à Hawaï l’an dernier m’a fait plaisir et fut « vendeur » mais sur le plan de la performance j’en ai surtout retenu la 20ème place au scratch. Alors « Pro » sur la ligne de départ oui, mais je me dois d’accepter que dans les faits je suis loin de l’être et que certaines périodes me permettent de m’entraîner, d’autres non et il n’y a pas grand chose que je puisse faire si ce n’est l’accepter. Il m’a d’ailleurs fallu accepter la reprise de la natation hier soir qui fut un grand moment de solitude, lol😉 ! Déjà que je ne suis pas doué à la base alors après deux semaines d’arrêt ça tient du tragi-comique. A moi de bien m’organiser et de me remettre au boulot pour progresser tout au long de la saison et qui sait arriver parfois à faire quelques coups d’éclat comme les amateurs savent parfois en faire lorsqu’ils sont dans un bon jour !

Merci pour votre courage si vous m’avez lu jusque là ! Promis je vais me remettre à écrire plus souvent pour que les prochains articles soient beaucoup plus succincts.

Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Courir en catégorie pro / être pro… deux choses bien différentes !

  1. benjamin landier dit :

    Bonjour,
    Quelle pagaille en Espagne n’est-ce pas ?
    Perso j’ai fais la course handi le matin ,j’ai doublé et encouragé une Française qui avait un joli coup de pédale je suppose c’était ta chérie, tu lui passeras le bonjour de ma part, moi aussi j’ai jamais pu rouler, tellement géné, et avec des shoes de route marcher dans la boue parce que les GA y arrivent pas dans les montées, lol, ça bourre vite les speedplay .
    Pourrais-tu me donner ton mail ce serait plus simple j’ai quelques questions à te poser, il me faudrait des photos de course, comment faire ? Et surtout les orga m’ont perdu mes lunettes natation, gants vtt et surtout ma combi !!!! Comment les joindre je pense que le mail que j’ai n’est pas bon .

    Quant à ta course vu les conditions les jours d’avant et jour J je trouve ça plus que correct .
    Benj’ .

    benlandier@hotmail.fr

  2. JérômeD. dit :

    Et bien pour un championnat du monde cross triathlon, quelle organisation…Y’a de quoi s’énerver ! Le classement final reste tout de même pas mal malgré tes désagréments.
    Bravo pour Vézelay, course dominée de la tête et des…jambes !
    A+
    PS : y’a pire comme lecture…(allusion à ta dernière phrase)

  3. mric dit :

    je ne suis même pas étonné de l’orga, j’ai un bien piètre niveau mais pour déconner j’étais allé faire un championnat d’europe itu à prague en aout 2009 …. une cata et j’ai fait la 1ere version du challenge barcelona maresme en octobre de la même année, une pagaille donc l’association itu/espagne ne m’étonne même pas, cependant j’avais eu mon temps final !!!

    bonne continuation vers hawai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s