A Cannes j’ai fait mon festival… d’âneries !!!

Descendre à Cannes fin avril alors qu’il pleut depuis des semaines dans notre sympathique centre de la France. Voilà qui semblait une bonne initiative d’autant que c’était pour participer au Tristar Cannes (Caro sur le 55.5 et moi sur le 111) qui est un format auquel j’étais curieux de goûter, surtout avec un parcours vélo annoncé comme copieux.

Une succession d’imprévus vont rendre le week-end bien différent de ce que l’on avait imaginé, certains de ces imprévus/contretemps/bourdes sont liés au hasard, d’autres un peu à l’organisation de la course mais bien entendu les meilleures bourdes sont le fruit de ma propre bêtise… comme souvent !

Je vous passe les à-cotés pour me focaliser sur la course. Déjà le samedi il faut aller aux dossards et déposer les vélos et sacs de transition. Un truc tout con mais avec un appart à Saint-Raphaël, la circulation dans Cannes pour arriver jusqu’au Palais des Festival à coté duquel se déroule les inscriptions, les formalités administratives et dépot vélo, ça bouffe déjà tout le samedi après-midi. La leçon que j’en tire c’est que déjà quand la course est à Cannes tu te loges A CANNES et non pas à 40 bornes. Les week-ends de course les plus simples sont souvent ceux durant lesquels on loge SUR PLACE.

Après les divers dépots, il ne me reste dans la voiture que la combi de natation et les chaussures de vélos (dans le joli sac à dos que l’organisation vient de nous donner), je n’aurai qu’à rajouter les bidons, les gels et mettre ma tri-fonction sur moi… facile ! On rentre à l’appart et Caro sort les sacs qui « traînent » dans la voiture. Démarche plutôt bonne en théorie mais en pratique je vais moins faire le malin le dimanche matin.

Dimanche matin, on part donc à 6h45 pour mon départ à 8h30 alors que celui de Caro est à 11h. Là aussi ça aurait été plus simple d’avoir un appart à Cannes car là je vais me retrouver à laisser Caro à 7h30 du matin dans un parking sous-terrain à Cannes alors que son départ n’est qu’à 11h. Je vérifie que j’ai bien tout avant de partir mais dans ma petite check list je ne recontrôle pas chaussures vélo et combi qui sont pour moi dans la voiture, et de passer devant le sac de l’orga plusieurs fois dans l’appart ne me choque pas puisque Caro en a un aussi et que pour moi j’ai tout laissé dans la voiture. Trente minutes plus tard je sors de l’autoroute direction Cannes centre et là d’un coup un petit « tiens mais je n’ai pas vu mes chaussures de vélo depuis ce matin » me traverse l’esprit. Ni une ni deux je m’arrête et après un bref tour de la voiture la sanction tombe : pas de chaussure. Il est de toute façon trop tard pour faire demi-tour donc sans conviction je vais quand même au départ de la course pour vérifier dans mon sac « bike » et comme prévu il y a bien le casque mais pas les chaussures. Il faut donc rebondir et je pense avoir le temps de retourner à Saint-Raphaël si je peux avoir un dossard pour le 55.5. Après récup du vélo, des sacs et d’un nouveau dossard (merci à l’organisation pour m’avoir dépanné) retour à Saint-Raph, je remange trois « cracottes » avec du miel en coup de vent puisque j’avais mangé à 6h pour départ 8h30, et nous revoilà à Cannes vers 9h45 et entre temps c’est devenu l’orgie pour trouver un parking… On va finir par y arriver et nous voilà donc au départ du 55.5 qui lui comprendra de la natation contrairement au 111 qui après une folle nuit de tempête s’est transformé en duathlon puisqu’à 8h30 la mer était encore trop agitée pour organiser la natation entre les digues cannoises.

Mon nouveau dossard est le 1085, je répète 1085… bah j’aurai du me le répéter encore 300 fois car après une natation plutôt réussie dans une Méditérranée pas bien chaude je fais ma première ânerie en course de la journée (on ne compte plus les âneries d’avant course sinon ça fait trop) : je me souviens à peu près du numéro mais plus trop dans quelle rangée est mon sac que j’ai déposé « rapidos » car à la bourre pour le départ, après avoir un peu fouillé à droite à gauche j’ai enfin mon sac et j’avais préparé un maillot vélo avec les gels, la chambre à air et les lunettes dans les poches. Dans la précipitation je retourne le sac et bien entendu tout tombe des poches et il faut retrouver ses petits dans l’herbe et tenter de tout remettre dans les poches… les tubes ne voulant pas y aller je vais démarrer le vélo avec le maillot ouvert et les tubes dans le slip (enfin le short). Une fois ENFIN sorti de l’air de transition et les pieds dans les chaussures, je ferme le maillot, récupère les gels qui gênent un peu à droite à gauche dans le short et ce coup là c’est vraiment parti. Je suis autour de la 25ème place à ce moment là.

Dès le bord de mer ça a beau être plat je remonte, quelques individuels et d’un coup le groupe suivant devant moi est un groupe de cinq, quasi roues dans roues… hum… je croyais que le drafting n’était pas autorisé mais bien sur tant qu’on ne voit pas d’arbitres les règles on s’en moque !!! Bel esprit !!! Je les double en les engueulant un coup et après encore une bonne ligne droite on attaque les hostilités avec une bosses monstrueuse dans un lotissement, j’adore🙂 . Et grosso modo sur les 20km qui vont suivre c’est majoritairement grimpant avec quelques descentes bien glissantes qui entrecoupent les belles ascensions. Un peu avant Grasse qui sera le point culminant du parcours j’arrive sur un groupe de 3 pour la 2ème place, je double le 4ème qui est en train de décrocher et 50m devant il y a les 2ème et 3ème. Il me semble bien qu’ils sont roues dans roues, et la moto d’arbitre qui me double au même moment passera un petit moment derrière discrètement pour s’en assurer avant de sortir sifflet et carton. Je les double, le 2ème râle et il a raison car il ne savait pas que le 3ème s’était mis dans sa roue mais les deux ne pensent pas être disqualifiés (je ne comprends jamais très bien moi même entre les arrêts forcés de X minutes, les disqualifications complètes, etc.) donc la course continue. D’ailleurs on va quasiment ensuite tout faire à trois mais en respectant les écarts, je gueulerai une ou deux fois sur le jeune qui avait déjà causé le carton de ce groupe pour m’assurer que ça soit le cas. Ah mais ça faisait longtemps que j’avais pas fait une ânerie alors en voilà une autre : le retour plutôt descendant du parcours est franchement dangereux, je pense que l’organisation a bloqué « autant que possible » la circulation mais jusqu’à la fin il y aura des voitures partout et je dois bien avouer qu’en ville avec le vélo de chrono je ne suis pas toujours très rassuré alors je n’arrête pas de passer de mains sur prolongateurs à mains aux leviers de freins… et puis dans une descente roulante toute droite à un moment, il y a un feu de circulation, une bonne dizaine de voitures qui attendent que ça passe au vert et un îlot entre les deux voies de circulation. Impossible de voir les flèches au sol s’il y en a ou un quelconque panneau, alors je saute l’îlot pour me mettre sur la voie de gauche (puisque le feu est rouge pour les gens qui viennent d’en face) et le feu passe au vert en même temps donc je passe un peu « lancé »… pour en me retournant voir qu’il fallait aller à droite, je fais demi-tour au milieu de la route avec les voitures qui arrivent en face puisque ça vient de passer au vert et en me faufilant je reprends la bonne route… 4ème donc et maintenant un peu lâché, les courses au milieu de beaucoup de circulation : J’ADORE ! Je finis par revenir sur mes deux compagnons du jour et on s’en sortira pas trop mal dans la circulation et les beaux talus dans Cannes. Nous arrivons dans le parc pour T2 ensemble et pas la moindre idée d’où est le premier malheureusement.

Ah avant de passer de passer à la CAP, petite parenthèse technique pour vous dire que l’utilisation du vélo de chrono ne m’a posé vraiment aucune difficulté sur le parcours montagneux, à part qu’il fallait être vigilant en ville mais ça c’est un autre problème, je pense que je l’utiliserai donc comme l’an dernier à Saint-Rémy sur Durolles sur un parcours de moyenne montagne car vraiment aucune gêne ni pour grimper ni pour descendre, je me suis « régâlé » comme on dit dans le sud !

5km de CAP, c’est peu et ça va passer vite, juste en dessous des 16mn pour moi pour aller chercher la 2nde place, je ne reprendrai que quelques secondes à Rodolphe Von Berg Jr (un jeune qui a du potentiel à ce que j’ai cru comprendre là bas et qui rentre de 5-6 mois en Australie à s’entraîner à plein temps) et donc en dépit de mon meilleur temps vélo scratch (malgré la sortie de transition à m’habiller et compter les gels dans mon slip et le demi-tour) et second temps à pieds la gagne n’est pas accessible. Clairement j’ai perdu la course en T1 car si j’avais été plus près et avec mon adversaire en vue en vélo la course aurait sans doute été différente. Mais comme d’hab j’ai horreur de refaire le monde avec des Si donc je ne me pose pas trop ce genre de questions. Bon c’était la première fois que je goûtais aux transitions avec sacs donc ça fait partie de l’apprentissage et vu comment avait démarré la journée je pense qu’une deuxième place (et vainqueur M25-29 pour les « sous-classements ») sur ce 55.5 est plutôt une conclusion satisfaisante surtout que dans le même temps Caro qui n’avait pas couru à pieds DU TOUT (même pas 5mn) depuis plus de six mois va faire le même résultat : 2ème femme et vainqueur de sa caté. Bravo Bébé😉 .

Pas désagréable cette petite journée à faire du « court » au milieu de mon cycle de « long », ça m’aura permis de prendre plus de risques en vélo (avec 5km à pieds seulement derrière le risque d’exploser est faible) et donc de me faire vraiment plaisir dans les bosses.

Et puis la récup fut assez rapide j’ai donc pu reprendre l’entraînement pour La Tranche sur Mer dans quelques jours en mode « préparation / test allure vélo » avant d’enchaîner sur Saint-Rémy sur Durolles, triathlon sur lequel j’espère être à mon avantage avec un parcours que j’affectionne.

Ah et promis je vais essayer de faire moins d’âneries sur les prochains…

(S)Portez-vous bien.

Pyf

Ps : une petite photo ci-dessous et d’autres ici http://www.flickr.com/photos/28010063@N06/sets/72157629977454963/

Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour A Cannes j’ai fait mon festival… d’âneries !!!

  1. Jérôme dit :

    Bravo pyf ! Quand je vois toutes tes « âneries » comme tu dis et au final ton résultat, ça sent les bons résultats pour la suite ! Et comme d’hab, tes résumés de course sont très vivants et détaillés (le vélo notamment), manque plus qu’une petite photo sur ton vélo de chrono pour agrémenter ton récit cannois. Bonne continuation ! Et bravo à madame aussi bien sûr !

  2. Thierry dit :

    Je découvre avec plaisirs ton blog. On devrait se voir le we prochain à Saint Remy🙂

    • PYF dit :

      Merci Thierry pour ton message. Désolé de n’y répondre que maintenant mais les deux dernières semaines ont été bien chargées… J’espère que ton expérience à St-Rémy fut bonne, désolé que nous n’aillons pas eu l’occasion de nous y croiser pour faire connaissance. Bonne continuation et à une prochaine sur une épreuve !

      • Thierry dit :

        Nous nous sommes bien croisés sans le savoir! J’ai profité de ta place de massage après t’avoir informé que le podium t’attendait🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s