Course sans faute à Maui… avec les moyens du moment… mais pleins d’enseignements à en tirer !

Retour à Maui après trois ans d’absence, c’est toujours aussi paradisiaque et si ça n’était pas si loin de chez nous je pense qu’on prendrait volontiers un abonnement pour y passer toutes nos vacances. Cette semaine (six jours sur place pour être précis) ce n’était pas de vacances qu’il s’agissait et c’est conscient de la chance que j’ai de pouvoir venir ici mais non sans un pincement au cœur de rater neuf jours de la vie de ma fille que je suis venu me confronter aux meilleurs de la discipline que j’avais un peu délaissée : le Xterra.

2010 : je découvrais, je gagne mon groupe d’âge (20ème au scratch toutes catégories) alors que la course se disputait encore à Makena Beach au sud de l’île, souvenir magique !

2011 : après une Cape Epic VTT en mars puis la saison entière sur le circuit Xterra Europe, c’est surement l’année où j’étais le plus en mesure de me rapprocher du top 10 mais une crevaison en VTT en avait décidé autrement.

2012 : j’ai commencé à limiter mes apparitions sur Xterra et le VTT à l’entraînement pour profiter de ma passion grandissante pour les triathlons longue distance sur route, le résultat s’en est fait sentir (26ème pro / 28ème au scratch). C’était cependant avant toute chose notre voyage de noces avec Caroline (qui avait aussi fait la course) et ces vacances cette fois restent donc de loin mes meilleurs souvenirs ici !

Alors voilà 2015 était une année où j’espérais faire un beau retour ici, mais j’ai pris un vilain abonnement pour une fracture de la clavicule tous les deux ans en été et ça a eu raison de ma bonne volonté.

Début octobre je finissais péniblement 12ème du Tri-Roc, sur des parcours il est vrai en parfaite opposition en terme de difficulté à ceux que l’on trouve à Maui, mais ça ne laissait forcément rien augurer de bon.

Manque de consistance dans l’entraînement depuis un an entre construction maison puis bébé puis blessure, manque d’appuis en natation suite à la blessure et gros manque de confiance en descente en VTT sachant que la moindre chute serait aujourd’hui synonyme de retour à la case départ puisque la consolidation n’est pas terminée. J’aurais pu baisser les bras mais ce n’est pas dans mes habitudes alors je suis là et je me dois de rendre une copie honnête. L’inconvénient d’avoir passé la trentaine et d’être papa c’est que je vois beaucoup plus le danger qu’avant, par contre j’ai reçu en échange un peu de sagesse, comme si l’expérience de plusieurs années de compétition pouvait enfin m’être profitable.

Alors parlons de cette course😉 .

Une fois n’est pas coutume, je suis sorti du parc en avance, sans avoir rien oublier, bref il a failli neiger à Hawaï par ma faute !

Le départ natation est à 9h pour les pros et à 9h05 pour les groupes d’âge homme (avec les groupes d’âge femme dans la foulée). Sachant qu’il y a souvent des nageurs exceptionnels en groupe d’âge qui vont sortir en 20mn (soit aussi vite voir plus vite que les meilleurs pros) j’ai un objectif qui est d’aller 5mn moins vite que les meilleurs « GA » pour avoir le moins de monde possible avec moi au départ du VTT, sachant qu’on arrive assez vite dans des singletracks. 25mn en mer en théorie ça doit pouvoir se faire sauf qu’en pratique je sors toujours en plus de 27mn à Maui. Verdict : je nage propre, je m’oriente à priori pas trop mal, je suis plutôt zen et fier de moi quand soudain à la dernière bouée je me fais déposer par les premiers GA puis par des petits paquets de GA peu de temps après. La natation n’a pas été stressante mais l’objectif est complètement manqué, ça se confirme quand j’arrive dans l’air de transition, il n’y a plus d’autres vélos pros homme que le mien, la bonne blague ! Environ 26mn30s donc plutôt mieux que les autres années sauf que la mer était assez calme et donc tout le monde est allé un peu plus vite que d’habitude, en gros mon 26mn30s de ce matin équivaut au 27mn des autres années. Je sors mon joker « fracture de la clavicule », ça c’est une bonne excuse😉 .

Voir la natation : ici.

Ah j’oubliais, la première transition est longue et en montée, loin d’être facile après s’être fait un peu brasser par l’océan, comme j’ai pour une fois tout enregistré vous pouvez la voir ici.

Vient ensuite le gros morceau, le VTT, j’ai beaucoup doublé et ne me suis fait doubler qu’une fois et globalement j’ai souvent été seul bien isolé, c’est plutôt agréable mais cela signifie aussi que je n’ai pas remonté autant de pros qu’il aurait fallu. Je grimpais plutôt bien aujourd’hui mais le problème était ailleurs : quand au Roc je descendais à 60% de mes moyens avec une peur bleue, j’ai ici réussi à hausser mon niveau à peut-être 80% de mes moyens, le parcours étant assez technique cela signifie que j’ai fait un temps honnête en VTT mais pas un très bon temps, or c’est ce qu’il aurait fallu pour combler beaucoup plus de mon retard en VTT. Ceci étant dit physiquement j’ai parfaitement géré mon effort, c’est la technique qui a fait défaut. Voir le difficile parcours VTT : ici. Et tant que j’y suis j’ajoute la seconde transition qui est sans grand intérêt puisqu’assez rapide : ici.

J’ai dit que le gros morceau était le VTT, c’était assez vrai en temps que la discipline représente dans le total de l’épreuve mais je me demande si ici le gros morceau n’est pas le trail. Courir un trail de 10km avec un dénivelé énorme et un final plat mais dans le sable sur la plage, le tout dans une fournaise et après avoir déjà fait trempette + une belle ballade VTT, voilà le programme de ce trail à Maui. J’ai parfaitement géré jusque là pour faire un beau trail et c’est ce que j’ai fait MAIS avec mon niveau de cette année qui est bien en deçà de ce qu’il a été. En soit je suis toujours capable de courir aussi vite « à sec » ou presque mais c’est du triathlon et en triathlon le niveau que l’on a sur les deux premières disciplines détermine souvent ce que l’on est capable de faire sur la dernière. A mon meilleur niveau en 2012 je perdais 4mn sur Javier Gomez qui n’est pas le premier venu à pieds, cette année je perds 8mn sur le meilleur temps à pieds et en ayant eu une gestion parfaite de ce trail. C’est à l’image de ma journée, parfaitement gérée mais un cran en dessous de ce que je me pense capable de faire (mais peut-être que je me trompe). Quand je vous dis que la gestion était parfaite la courbe (ici) vaut vraiment le coup d’œil car elle en est l’illustration, les pulsations sont montées progressivement sur quasi 49mn pour atteindre 182 dans les derniers 500m (plage + ligne droite d’arrivée) avec un 170 de moyenne.

Pour ça que je ne me cherche pas d’excuses, j’ai abordé la course et tout négocié comme il fallait et je finis vraiment bien, d’ailleurs quelques heures après la course les jambes vont bien en dépit de l’effort intense et c’est le haut du corps qui couine : épaules et bras bien courbaturés, preuve que j’ai aujourd’hui consacré beaucoup trop de mon énergie à sortir de l’eau et à tenter de ne pas tomber en VTT (crispation).

Ah mais le résultat me direz-vous ? C’est vrai que j’ai beaucoup parlé du process mais pas du résultat. 23ème dans le classement scratch pro (avec deux femmes extra-terrestre que je n’ai pas repris en vélo car mon retard était un peu trop important après la natation), donc 21ème homme pro et dans le grand scratch ça doit faire 30ème à plus ou moins une ou deux places. Ça ressemble à mon résultat de 2012, donc plutôt honnête, je visais objectivement la 30ème place scratch au vu de tout ce que j’ai évoqué précédemment MAIS je ne peux plus venir ici pour faire 30ème au scratch ou 20ème pro. Comme je le disais en introduction, je ne viens pas à Maui pour les vacances, je me dois de venir chercher une évolution dans ma pratique, la stagnation étant l’ennemi de la motivation (c’est ce qui m’a d’ailleurs fait arrêter le VTT en 2010 pour me mettre au tri). Donc… bah non je ne vais pas vous donner la réponse de suite, déjà il ne faut jamais prendre de décision à chaud et puis je ne suis pas tout seul à décider, j’ai une famille et c’est aujourd’hui ma première priorité et j’ai aussi un employeur et des partenaires avec qui je dois en discuter. Ça sera l’objet d’un prochain post dans quelques jours, dans lequel je tenterai aussi d’inclure les résultats complet et les photos.

Temps pour moi d’enfiler une tenue correcte et de rejoindre les amis Dijonnais avec qui nous nous rendons au dîner de clôture de l’épreuve et remise des récompenses, c’est aussi ça ce Xterra Maui, un des plus beaux événements sportifs auquel il m’ait été donné la chance de participer (la Cape Epic reste tout de même en tête😉 ).

IMG_6282

Cet article a été publié dans Récits de courses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s